Ligne E  : du métro au tramway express enterré

Publié le 16/05/2022

Elle relierait Jean-Macé à Tassin en 20 minutes à échéance 2031.

Et le métro est… un tramway express enterré. Tels sont les enseignements tirés de la consultation métro organisée de septembre à décembre 2021. Exit le prolongement de la ligne A au profit d’une amélioration du T3, exit le prolongement du métro D au profit d’une ligne centre-ouest Part-Dieu – Ecully dont on devrait bientôt connaitre les contours, exit momentanément le coûteux prolongement de la ligne B sur le plateau nord à 2,7 milliards d’euros pour lequel il est urgent d’attendre pour trouver des alternatives. Reste donc la ligne E.

En lieu et place du métro E entre Alaï et Bellecour ou Part-Dieu, le Sytral a retenu un tramway express semi enterré entre Tassin et Jean-Macé. Soit 6,5 km de ligne dont 3 à 4 en souterrain, six à huit stations et 45 000 à 60 000 voyages/jour envisagés. Le tout pour faire Point du Jour – Perrache en dix minutes, Tassin – Jean-Macé en vingt minutes et Tassin – Part-Dieu en trente minutes avec une correspondance.

De Jean-Macé à la place des Archives, elle roulera sur les rails existants. Avec le T1 et le T2, trois trams cohabiteront sur cette portion, comme entre la Doua et Charpennes lorsque le T9 circulera.

Nouveau pont sur la Saône

Une voie verra le jours cours Suchet avant de traverser la Saône sur un nouveau pont et de rentrer dans la colline.

Deux hypothèses existent sur la partie enterrée : le passage « historique » par Saint-Irénée et celui du côté de la rue Commandant-Charcot. « Dans le premier cas, la station serait à 50 ou 60 mètres de profondeur, ce qui n’est pas le plus simple d’un point de vue technique, explique Bruno Bernard. Dans le second, le bassin de population et les besoins de mobilité sont plus importants ». Et d’ajouter qu’avec la voie de bus sur la montée de Choulans, il existe désormais une desserte très efficace pour aller de Saint-Irénée à Perrache en six à sept minutes.

Après un arrêt au Point du Jour, la sortie de terre s’effectue à Ménival. Le terminus est encore sujet à discussions, notamment avec le maire de Tassin, pour mesurer les impacts sur la voirie. Le point d’arrivée pourrait être le carrefour de la Libération, ce qui permettrait – dans un second temps – un prolongement vers Alaï puis Craponne. Une autre hypothèse serait de desservir d’ores et déjà Libération et Alaï. Le faire dans le sens inverse – Alaï puis Libération – obèrerait par contre une future extension de la ligne.

Le projet a l’avantage de la connexion avec la gare de Perrache et les lignes A et B du métro ainsi que les tramways T1 et T2. Il serait également réalisé plus rapidement avec une échéance à 2031 et coûterait 700 à 750 millions d’euros soit deux fois moins cher que le métro E.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Ligne E  : du métro au tramway express enterré

  • romain dit :

    et pourquoi ne pas apres traverser la saone a confluence le faire continuer par les quais du rhone par le quai galleton apres avoir traverser perrache et le faire arriver a bellecour et un possible prolongement de bellecour a part dieu en passant par l’hotel dieu
    ou sinon faire passer le tram plus du coter de confluence vers le teminus du T2 et le faire traverser le rhone pour rejoindre le metro B a jean jaures avec acces a confluence et T1 T2 ET METRO B a jean jaures

  • CHRISTIAN dit :

    Partisan du projet de métro E, je dois cependant convenir que les sommes en jeu, par rapport aux possibilités financières du Sytral sont telles, que le choix en fin de compte plutôt raisonné d’un tramway souterrain est un compromis tout-à-fait acceptable ; les capacités et fréquences comparées tramway/métro ne sont pas si éloignées l’une de l’autre, et vu les chiffres de trafic envisagés, ainsi que le coût des travaux, cela mérite réflexion. Bien sûr, il y aura toujours des pour, et surtout des contre, qui vont crier plus fort. Il faut cependant espérer que les sommes économisées du côté Ouest permettront vraiment au Sytral d’envisager une réalisation rapide du même genre vers Saint-Clair/Caluire/Rillieux, où les enjeux de transport sont eux aussi cruciaux, et où le projet de prolongement du métro B est lui aussi remis en cause pour des raisons de coût (encore plus cher que le métro E…). Pour ce qui est de la suite de l’itinéraire de ce T11 (appelons-le ainsi) après Perrache, ne serait-il pas pertinent de réfléchir, au-delà d’une correspondance à Jean Macé avec le métro B vers part-Dieu, au passage de ce T11 plutôt sur les voies du T1, qui lui, passe à la Part-Dieu ? Cela éviterait le passage de 3 lignes (T1,T2,T11) sur les mêmes voies entre Perrache et Jean Macé, déjà très encombrées, et cela permettrait surtout une liaison directe sans correspondance de Tassin/Alaï à Part-Dieu. Le tout sans aucune création de voie !