La légende du lac sous Fourvière

Publié le 28/12/2021

Cette légende vient fournir une explication à un drame : l’effondrement d’un pan de la colline de Fourvière, le 13 novembre 1930, qui causa le décès de 39 personnes (image ci-dessus). La veuve Richard, une ancienne Lyonnaise partie vivre en Ardèche, croit savoir la cause du sinistre : un lac souterrain qui fragiliserait le sous-sol. Elle s’en ouvre au maire, Édouard Herriot, dans une lettre du 30 janvier 1931, où elle affirme que “l’on peut [y] aller en bateau”, invitant l’édile à la croisière. Le plan d’eau serait situé sous le cimetière de Loyasse. Comme l’écrit Claude Ferrero, le lac pourrait être l’une des “cinquante” citernes que compte le Vieux-Lyon, dont certaines de grande taille. Jean-Luc Chavent a, lui, vu de grandes poches d’eau sous l’Antiquaille. Depuis cet accident, une galerie drainante de 1,1 km a été percée en 1932, de la montée Saint-Barthélemy jusque sous Trion, destinée à capter ces eaux. Si lac il y avait, il a donc probablement perdu en volume… Cette histoire évoque à Jean-Bruno Renard le lac sous l’opéra Garnier où trouve refuge le fantôme du roman de Gaston Leroux. Une légende… vraie : une retenue d’eau avait été créée pour protéger l’édifice de l’ancien marécage.

L’huissier et le gros caillou, la dame blanche de la Croix-Rousse, sainte-Blandine et les lions, la terre d’or du parc, la 9e muse de l’Opéra… retrouver notre dossier « Lyon, terre de légendes » dans notre dernier numéro. En vente chez les marchands de journaux ou sur journaux.fr

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur La légende du lac sous Fourvière

  • Lucius Plancus dit :

    S’il n’y pas de lac sous Fourvière il est évident que la nappe phréatique du Rhône se répand sous la totalité de la ville. Et que les 2 collines, moraines glaciaires, sont infiltrés d’eau !