Télécabine Francheville-Lyon : trois fuseaux soumis à concertation

Publié le 02/06/2021

Le président du Sytral, Bruno Bernard, a promis sur le projet « une concertation exemplaire » qui commencera mi-novembre. Les trois fuseaux proposés varient par rapport aux premiers tracés évoqués et atterrissent soit au stade de Gerland, soit à Jean Jaurès, soit à Perrache.

« Non au téléphérique ». Une vingtaine de personnes s’étaient massées au pied du Crayon, ce mercredi, déployant une banderole. Ils annoncent une manifestation le 19 juin place Bellecour (à 14h). La raison de leur présence aujourd’hui : le « point d’étape » du Sytral sur le projet de télécabine Francheville-Lyon, au sommet de la tour. Le président, Bruno Bernard, a promis « une concertation exemplaire » à partir de mi-novembre, sous l’égide de la commission nationale du débat public. Celle-ci est rompue aux discussions sur les projets qui n’aboutissent pas (Anneau des Sciences, CFAL, gare souterraine de la Part-Dieu, métro E…). Ce dossier échappera-t-il au mauvais sort ?

Un « besoin de mobilité »

Le président du Sytral a commencé par rappeler la situation difficile de ce secteur de l’ouest lyonnais, où « 60 à 65% » des déplacements se font  en voiture : densité trop faible pour un métro, pentes trop fortes pour un tramway, voiries trop étroites – en l’état – pour un bus à haut niveau de service. D’où l’hypothèse d’une télécabine pour répondre à ce « besoin de mobilité ». Un mode de transport qui offre une vitesse de 15 à 25 km/h, d’une capacité de 4000 voyageurs/heure et avec la possibilité d’embarquer des vélos.

Deux tracés évitent le centre de Sainte-Foy

Alors que plusieurs tracés avaient fuité dans la presse, le Sytral a décidé de présenter trois fuseaux d’une largeur de 500 mètres chacun, au départ de Francheville (Le Chatelard ou Francheville le haut). Le point d’arrivée varie : Stade de Gerland, Jean-Jaurès et Perrache. Le tracé de référence (rouge) traverse le centre de Sainte-Foy, le Roule (La Mulatière) et arrive à la pointe sud du 7e arrondissement. Les deux autres hypothèses évitent le cœur fidésien, épicentre de la contestation : le fuseau sud passe par le Taffignon, la Gravière puis le Roule et Gerland ; le fuseau nord par le haut de Sainte-Foy, le parc du Brulet, Perrache ou Confluence (vers l’hôtel de Région) / Jean-Jaurès.  La ligne comprendrait 6 à 8 stations, d’un coût approximatif de 160 millions et d’un temps de transport total inférieur à trente minutes.

Une alternative ?

Tous les tracés seront soumis à débat, ainsi que le projet lui-même. Une alternative devrait être présentée, en bus à haut niveau de service, mais qui nécessitera soit une emprise sur la chaussée automobile, soit un élargissement des voiries et des préemptions. Comme l’a exprimé Jean-Charles Kohlhaas, président délégué, « tous les projets de transport ont des impacts ». Et si l’on devait condamner celui qui a en a le plus, ce serait, dit-il, « l’automobile ».

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Télécabine Francheville-Lyon : trois fuseaux soumis à concertation

  • DEPASSIO Monique dit :

    Une folie. Les écolos, avec ce projet, vont tuer un paysage magnifique, détruire l’environnement en plantant des pilonnes dont certains culmineront à 50 m de hauteur (immeuble de 18 étages…), faire chuter la valeur des immeubles et propriétés situés sur le parcours, etc… Ne pas oublier que la commune de Ste Foy lès Lyon est en partie construite sur une colline truffée de nappes phréatiques.
    Quant à l’estimation du coût, très sous évalué mais on s’en apercevra à la facture !!!
    Non à ce projet.

  • Bernard dit :

    Commentaires sur Télécabine Francheville-Lyon : trois fuseaux soumis à concertation

    Ces nappes phréatiques n’ont apparemment pas empêché la construction de gros immeubles de 12/13 étages sur la balme, chemin Léon Favre.