@Pierre-Antoine Pluquet

30 ratés de l’urbanisme lyonnais : la place Louis Pradel

Publié le 06/01/2021

Et dire qu’on pourrait avoir une sacrée perspective sur le cours Franklin-Roosevelt. Mais pour ça, il faut une bonne dose d’imagination. Car la place Louis-Pradel, le pont Morand et la place Lyautey ont beau être alignés, vous ne voyez strictement rien. La faute aux “boursouflures du métro”, dixit Michel Rivoire, ancien directeur général du développement de la communauté urbaine de Lyon. Le passage de la ligne A dans le tablier du pont Morand donne à l’ouvrage un aspect bondé avant d’offrir aux deux places un dénivelé du plus mauvais effet, le temps que le métro reparte sous terre.

À part plaire aux skateurs, la place Louis-Pradel n’a-t-elle décidément rien pour elle ? Outre une entrée de parking, elle additionne des objets hétéroclites qui ne font pas place. Rien ou presque pour se poser, juste de quoi transiter. Et encore, avec des escaliers. À l’ouest, l’annexe de l’hôtel de ville avec son aluminium bronzé et ses verres fumés est également très critiquée. D’autant que la fermeture du rez-de-chaussée et de son péristyle pour gagner des surfaces intérieures alourdit sensiblement l’ensemble qui peut avoir le mérite de servir d’écran. Le bâtiment de Jean-Gabriel Mortamet tranche par rapport à ses prestigieux vis-à-vis tout
en gardant l’échelle et les proportions pour s’intégrer.

Moins visible mais peut-être plus risible est, au nord de la place, le pastiche assumé de Charles Delfante avec ses fausses fenêtres néoclassiques dont les chambranles et autres modénatures sont en béton. À l’angle de la place Tolozan, pas évident que le sage compromis contemporain/classique du César soit à la hauteur de cet emplacement stratégique.

Retrouver le dossier « Les 30 ratés lyonnais » dans notre dernier numéro, actuellement en vente chez les marchands de journaux

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur 30 ratés de l’urbanisme lyonnais : la place Louis Pradel

  • thal dit :

    C’est vrai que c’est une place bétonnée, comme la place des terreaux, que l’on ne fait que traverser et qui à très peu d’attrait. Il serait temps que la verdure reviennent en force sur les places lyonnaises de ce genre.

  • Lucius Plancus dit :

    Il avait été projeté la liaison du quai du Rhône vers celui de la Saône…mais c’était avant, longtemps !