Sytral  : quatre nouvelles lignes de tram dans le mandat

Publié le 17/12/2020

Le comité syndical a approuvé ce jeudi matin son plan de mandat 2020-2026 pour un montant record d’investissement 2,55 milliards d’euros.

875 millions pour le tramway

Ce sera l’investissement le plus visible. Outre le débranchement T7 (La Soie – Grand stade), quatre nouvelles lignes doivent être réalisées durant le mandat  : T6 Nord (Hôpitaux Est – La Doua), T8 (débranchement du T1 entre Part-Dieu et Bellecour), T9 (La Soie, Vaulx centre, Villeurbanne Saint-Jean, La Doua ou Charpennes) et T10 (Gerland, Saint-Fons, Gare de Vénissieux). Des rames longues permettront parallèlement d’augmenter les capacités des lignes existantes.

683 millions pour le métro

C’est un chiffre en trompe-l’œil. Outre l’arrivée de la ligne B à Saint-Genis-Laval en 2023 via Oullins centre, l’essentiel de l’investissement actuel est programmé pour moderniser le réseau et accroitre ses capacités. Concernant de potentielles nouvelles lignes de métro, une consultation sera organisée à l’automne autour de quatre projets : création de la ligne E (Francheville – Part-Dieu) ou prolongement de la ligne A vers Meyzieu, de la ligne B vers Rillieux ou de la ligne D vers la Duchère. Réponse fin 2021. Sachant que ces projets sont à échéance 2032-2034 et donc que leur investissement pèsera essentiellement sur les deux prochains mandats.

535 millions pour le bus

Outre l’achat de matériel propre et les lignes express en circulation ou prévues sur M6 et M7, une nouvelle ligne de bus à haut niveau de service (BHNS) longue de 20 km va voir le jour entre Genas et Part-Dieu via Chassieu, Bron, Vaulx-en-Velin et Villeurbanne d’ici 2025. La ligne centre-ouest (Part-Dieu – La Duchère – Ecully) devrait être commencée durant le mandat. Tram ou BHNS, la question n’est pas tranchée.

160 millions pour le câble

Ce sera la grande nouveauté. Une ligne aérienne Gerland – Francheville doit voit le jour durant le mandat avec un temps de parcours annoncé de 20 minutes et 20 à 25 000 voyageurs / jour attendus. Deux autres projets de transport par câble seront à l’étude : Rillieux – Grand Large et Caluire – Gare de Vaise.

Débat convenu

Avant un vote écrit d’avance étant donné la majorité dont dispose Bruno Bernard au Sytral, le débat a été long. La centriste Michèle Vullien voit dans ce plan de mandat « irréaliste » une « lettre au père noël » craignant de faire de l’agglomération un chantier à ciel ouvert. L’ex sénatrice déplore tout autant la hausse potentielle du versement mobilité des entreprises que le recours accru à l’endettement. Plus paradoxal, le centriste Max Vincent s’inquiète tout autant des finances tout en soulignant la nécessité d’affirmer des priorités comme un (coûteux) plan métro. Damien Combet (représentant des communes de Brindas, Chaponost, Grézieu-la-Varenne, Messimy, Sainte-Consorce et Thurins) a quant à lui plaidé pour une meilleure coconstruction avec les territoires voisins de la Métropole.

Michel Le Faou (groupe Kimelfeld) s’abstiendra également en pointant nombre d’interrogations : T8 plutôt que de déporter la ligne T1 sur le quai rive droite, acceptabilité du câble, hausse du versement mobilité, absence de concertation au-delà des rangs de la majorité… Christophe Quiniou et Alexandre Vincendet (LR) déplorent également cette absence de concertation avec les maires concernés.

Majorité (un peu) critique

Du côté de la majorité, montrant une certaine déception, la communiste Marie-Christine Burricand et l’insoumis Laurent Legendre ont plaidé pour plus de métros et de parcs-relais que ce qui est prévu.

Le président délégué Jean-Charles Kohlhaas (EELV) a rappelé quelques évidences : un tel plan d’investissement ne doit pas être freiné par la crise mais au contraire contribuer à la relance des travaux publics, aucun projet de métro n’ayant été lancé dans le mandat précédent, il est impossible d’en voir un aboutir d’ici 2026. Il a enfin pointé ceux qui veulent investir dans un plan métro « sans dette et sans augmentation du versement mobilité« .

De leur côté, les maires de Vaulx-en-Velin et Villeurbanne, Hélène Geoffroy et Cédric Van Styvendael, ont salué sans réserve un plan historique notamment du fait de la future ligne T9 qui va désenclaver les quartiers Saint-Jean et du Mas-du-Taureau. Béatrice Vessiller (EELV) soulignant qu’avec un budget inférieur à celui du projet de ligne E (1,2 milliard), quatre lignes de tram allaient être réalisées dans le mandat.

Comme une menace à peine voilée, Bruno Bernard a expliqué que pour s’engager d’ici un an sur un plan métro qui pourrait se chiffrer à 10 milliards d’investissement sur quinze ans – donc sur les deux prochains mandats – il faudrait un large consensus pour éviter que sa « main ne tremble au moment de signer« . A la fin, la majorité a voté le plan de mandat tandis que les oppositions se sont abstenues.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Sytral  : quatre nouvelles lignes de tram dans le mandat

  • J. JORIS dit :

    « absence de concertation avec les maires concernés » C’est une constante. Que pouvait-on espérer de la part de khmers démagos !

  • CHRISTIAN FORGE dit :

    Un quart sud-Ouest de l’agglomération sans aucun mode de transport lourd (donc fiable, confortable, régulier) qui va se contenter de voir des cabines voler au-dessus de sa tête dans une ville classée Unesco… Et toujours des bus surchargés et inconfortables, soumis aux aléas d’une circulation compliquée dans des voiries totalement inadaptées. J’ai vécu vingt ans sur le plateau du 5° arrondissement, je sais donc de quoi je parle… L’Est de la Métropole bénéficie déjà des tramways T1 ,T2, T3, T4, T5, T6, T7,et bientôt T8, T9, T10, des métros A, B, D…… Y a-t-il des élus au Sytral qui se sont penchés sur les conditions d’accès de tout ce secteur Sud-ouest à la métropole ? Oui, le métro c’est un investissement… et alors ? Qui s’est posé la question lors de la construction des lignes précédentes ? On construit un métro pour cent ans. Quel élu s’est vraiment interrogé sur le quotidien de ces populations qui ne disposent même pas d’alternatives routières dignes de ce nom. Et ce n’est pas la Zone à Faibles Emissions prévue, réduisant le nombre de voitures autorisées, qui va leur faciliter l’accès au centre de la Métropole ; ce plan Tramway est une insulte à toute une partie de la métropole qui n’est pas considérée comme le reste. Qu’attendent tous les élus, de Limonest à Craponne, en passant par Tassin-la-Demi-Lune et Francheville, pour s’unir au-delà de leurs divergences politiques (une vraie plaie !) et exiger du Sytral qu’il prenne en compte leurs revendications ?

  • Lucius Plancus dit :

    Le mot clef : dette

  • AP dit :

    Seul un réseau de métro dense peux suppléer l’utilisation de l’automobile car il est l’unique valeur et ce à long terme. Les lignes de tramways peuvent alors être un appoint dans des zones hors hypercentre.
    Lyon n’a pas l’usage de téléphérique sans avenir face au métro.

  • Bernard dit :

    Article « Sytral : quatre nouvelles lignes de tram dans le mandat »
    La desserte de l’ouest s’améliorera quand les infrastructures du Tram-train seront passées en possession du Sytral , quand celui-ci aura retiré l’exploitation à la Sncf.
    Le Sytral pourra alors investir pour développer les infrastructures (doublement des voies et plus de rames), augmenter les fréquences, l’amplitude horaire (5h – minuit) et la coordination avec le reste des lignes TCL.
    Lisez le n° 47 de Nouveau Lyon, p. 6, interview de JC Kohlhaas