Perrache : la nouvelle entrée sud

Publié le 23/09/2020

Les quais sont désormais accessibles depuis un tunnel souterrain et la place des Archives. Les escalators vont être démontés d’ici à début 2021.

Cap au sud.  Ce mardi a été officiellement inaugurée la nouvelle entrée de la gare de Perrache – historiquement ouverte sur le nord – depuis la place des Archives. Les quais sont accessibles depuis un tunnel dit souterrain (mais qui en réalité est à trois mètres d’altitude par rapport à l’espace public), duquel partent escaliers et ascenseurs pour atteindre les trains. Les voies J et K conduisant à Saint-Etienne peuvent même être rejointes directement depuis la place. Les voyageurs n’auront donc plus à faire les montagnes russes c’est-à-dire prendre les escalators, emprunter la passerelle piétonne et redescendre vers les quais. Lesquels escalators, partiellement en panne, sont d’ores et déjà mis à l’arrêt. Et l’ensemble, surnommé le Goldorak, sera démonté en début d’année prochaine. A noter que cette nouvelle entrée est signalée par un auvent en bois. L’investissement aura coûté 7,5 millions d’euros.

Cette réalisation marque une étape dans la reconfiguration du pôle d’échange multimodal de Perrache, après la réhabilitation de la place des Archives et avant la réception, en avril prochain, de la voûte ouest qui sera réservée aux vélos et piétons. Autre réalisation concourant à unifier le nord et le sud du complexe : le tramway T2 poursuivra jusqu’à l’hôtel de Région en mars prochain. Un appels à projets court toujours concernant la 2e phase de la transformation du centre, côté place Carnot, avec en vue un accès direct à la gare, la destruction là aussi des escalators et la disparition de la passerelle orange. Les études anticipent un doublement de la fréquentation du pôle d’ici à 2030, de 100 000 à 200 000 utilisateurs empruntant les trains et les transports en commun.

Grégory Doucet, maire de Lyon, perçoit ainsi « la réunification de la Presqu’île ». Il a dit espérer une amélioration de la ligne Ambérieu/Saint-Etienne « qui va aujourd’hui moins vite que dans les années 70 » à la faveur de nouvelles rames, d’aménagements de quais et d’interventions sur le réseau. Il a aussi évoqué la question d’un titre unique de transport TER/TCL. Bruno Bernard, président du Grand Lyon, a confirmé l’intérêt d’un « RER à la Lyonnaise », souhaitant collaborer avec la Région, « quel que soit l’exécutif » qui sortira des urnes en mars prochain. Philippe Meunier, vice-président de la Région, a lui vanté l’amélioration de la sécurité dans les gares, grâce aux caméras et au doublement des équipages de patrouille.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Perrache : la nouvelle entrée sud

  • JORIS J. dit :

    Rendons à César. Ce désenclavement a été largement engagé par la municipalité précédente.
    Idem pour la piétonisation de la presque-ile !

  • JORIS J. dit :

    GD ne fait que reprendre le travail de l’équipe municipale précédente avec GC.