Sytral : de bons comptes en attendant le plan de mandat

Publié le 21/09/2020

Le comité syndical a adopté ce lundi le compte administratif 2019 qui dégage un excédent cumulé de 91,8 millions d’euros.

Une épargne nette en hausse (+12,3 %), une dette et un ratio de désendettement en baisse (2,2 ans, contre 2,4 ans en 2018), des recettes de billetique en hausse (+4,3 %) à la fois du fait des augmentations tarifaires (+1,7 %) et d’une plus grande fréquentation (+2,6 %), un versement transport également en hausse et un réseau considéré comme le mieux géré de France…

Avec de telles données, le compte administratif 2019 du Sytral a été adopté sans difficulté. Seuls quatre élus LR (Séverine Fontanges, Christophe Quiniou, Michel Rantonnet et Alexandre Vincendet) se sont abstenus. Ce qui n’a pas empêché le débat. Si les élus de l’ancienne majorité comme Max Vincent, Michel Le Faou ou Michèle Vullien ont défendu leur bilan en se félicitant d’un Sytral bien géré et prêt à investir, le nouveau président Bruno Bernard a souligné que ces bons chiffres étaient également le signe que l’institution n’avait justement pas assez investi lors du précédent mandat.

Un autre élu EELV, Fabien Bagnon, mettant en parallèle ces bons résultats financiers avec les conditions de transport qui se sont dégradés pour les usagers du fait de la hausse de fréquentation. Selon lui, « il est urgent que l’on investisse pour le quotidien« . Se souvenant de l’époque – il y a deux décennies… – où le Sytral avait un ratio de désendettement à 15 ans, Michèle Vullien a appelé la nouvelle majorité à la prudence en matière de dépenses.

Covid : – 160 millions de recettes prévus

D’ores et déjà, les réseaux satellites (Beaujolais, Communauté de commune de l’Est lyonnais, Ouest rhodanien, cars du Rhône) – tous bénéficiaires, contrairement aux TCL – rappellent la clause de révision qui doit intervenir d’ici la fin de l’année.

Reste que depuis la clôture des comptes 2019, la crise sanitaire est passée par là. D’après les chiffres communiqués par Bruno Bernard, on était à – 40 millions d’euros pour le versement mobilité à fin août avec une prévision à – 60 millions en fin d’année (l’Etat compensant pour moins de la moitié) et, pour la billetique, à – 65 millions d’euros fin août avec une prévision à – 100 millions en fin d’année. Là, aucune compensation n’est aujourd’hui prévue contrairement à ce qui se passe en région parisienne.

Il faudra maintenant voir l’impact de tous ces chiffres sur le plan de mandat et les investissements du Sytral qui doivent être votés en décembre.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Sytral : de bons comptes en attendant le plan de mandat