Qualité de l’air : chacun son micro-capteur

Publié le 16/09/2020

Avec Captothèque, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, l’organisme de surveillance de la qualité de l’air, propose aux volontaires de s’emparer d’un des quinze micro-capteurs disponibles pour effectuer des mesures durant quinze jours.

Rien de tel pour la pédagogie que de constater soi-même les particules fines (PM10, PM 2,5, PM 1) qui nous entourent dans notre environnement, notre logement ou nos déplacements. C’est l’objectif de Captothèque qui met à disposition des volontaires – à compter du 21 septembre – 15 micro-capteurs. Durant dix mois, 150 prêts vont ainsi être effectués à raison de 15 jours chacun.

Un site de collaboration complète ce service pour permettre d’avoir un contact avec des professionnels afin de mieux comprendre les tenants et les aboutissants des pollutions constatées. Une réunion mensuelle permettant également d’échanger entre participants. En constatant un pic de particules fines à vélo derrière un bus diesel, mais aussi en station dans le métro ou au contraire les effets positifs de dix minutes d’aération chez soi, les citoyens sont censés devenir experts de la qualité de l’air et trouver les bons gestes à effectuer pour contribuer à son amélioration.

Initiative unique en France

Outre l’utilisation du micro-capteur en libre-service, des missions peuvent être confiées aux volontaires avec des tests ou des mesures guides à effectuer, de l’intérieur de la voiture à l’aspirateur en passant par la cuisine. Car il faut bien comprendre que l’émission nulle n’existe pas, notamment dans les déplacements, même si en moyenne générale la voiture est un peu plus polluante.

Contrairement aux travaux d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, il ne s’agit pas de mesures agréées mais indicatives dont la portée est avant tout pédagogique. A terme, l’organisme espère néanmoins mettre en place plus de mesures fixes par ce biais pour avoir un véritable observatoire citoyen de la qualité de l’air afin de préciser encore la cartographie des pollutions. Pour le moment, il s’agit en tout cas d’une initiative unique en France.

Renseignements et inscriptions  : captotheque.fr

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Qualité de l’air : chacun son micro-capteur