Ce chamois qui erre dans le Grand Lyon

Publié le 08/07/2020

La rencontre a eu lieu il y a une dizaine d’années : Jean-Pierre a trouvé un chamois dans son jardin. Cet habitant de Crépieux, non loin du lycée Lamarque, l’a vu à plusieurs reprises avant de  le retrouver dans son journal, Le Progrès, qui racontait son intrusion au parc de la Tête-d’Or, en novembre 2011. L’animal avait piqué une tête dans le lac. Récupéré par les services vétérinaires, il avait été rendu à sa (supposée) région d’origine, Chamonix.

Six mois avaient passés quand Jean-Pierre crut revoir son ami. C’était en réalité une autre bête, une femelle cette fois. Elle fut autrement plus fidèle, puisqu’elle lui tient toujours compagnie, lui rendant visite une fois par semaine en moyenne. Il l’a baptisée Bibi. “Je l’approche parfois à deux mètres  seulement”, biche ce Rilliard. L’animal, à l’oreille fendue, a depuis perdu ses deux cornes. Il y a six ou sept ans, elle a été rejointe par un autre chamois, plus jeune, depuis disparu.

Bibi n’est pas inconnue du voisinage. Elle s’est même aventurée jusqu’à la Feyssine où elle a séjourné il y a quelques années. Georges Érome, qui l’a croisée en pleine journée, il y a quatre ou cinq ans, à un abribus après l’intersection de la route de Genève et de la route de Strasbourg, pense “que ce chamois vient du Bugey et qu’il a suivi la voie ferrée”. Ludovic Badoil avance une autre hypothèse : “Il est sans doute originaire des Alpes, rejeté par sa horde et a suivi le Rhône.” Sa présence du côté de Crépieux et Neyron n’est pas totalement surprenante : le chamois affectionne les balmes boisées. Mais la topologie de l’agglomération n’est pas idoine quand on est censé apprécier surtout les pierriers d’altitude.

Retrouver notre dossier « la faune sauvage insolite de Lyon », dans notre dernier numéro, en vente chez votre marchand de journaux. 

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Ce chamois qui erre dans le Grand Lyon

  • Gregory Laloux dit :

    J’ai vu un chamoix en bordure A46 sur la commune de Neyron la semaine du 12 avril 2021.

  • Martin laurence dit :

    Chamois vu montée Roy à Fontaine sur Saône le 28 mai 2021 vers 16 h30.

  • André FOULU dit :

    Bonjour.
    Je ne sais pas si nous parlons du même chamois mais, en roulant sur la A43, à hauteur de Saint Bonnet de Mure (environ) et vers 9h00 j’ai vu un chamois adulte traversant une parcelle.
    Je connais bien l’espèce, j’ai exercé la fonction de garde à l’ONC pendant 37 ans en Tarentaise (SAVOIE).

  • Giraud dit :

    Vu aujourd’hui A43 niveau st bonnet de mure vers 11 h 30

  • Goyet dit :

    J’ai vu aussi un Chamois sur le bord de l’A43 à hauteur de Saint Bonnet Mure en direction de Lyon lundi 13 décembre à 8h50.

  • Isabelle CORVISIER dit :

    Vu ce matin vers 8h30 ce fameux et beau chamois le long de l’A43 vers St Bonnet de Mure ! Magnifique !

  • Sylviane RUF dit :

    Aucun doute : ce mardi 22 février 2022 vers 8h30, mon regard a croisé celui d’un chamois qui se tenait juste derrière la glissière de sécurité, au niveau de la jonction A43/A432, direction Lyon.
    Surprenant mais aussi attristant, de le voir ainsi regarder le trafic routier …

  • Michel D. dit :

    Chauffeur livreur, je vois régulièrement ce chamois sur le bord de l’autoroute au niveau de la bifurcation A43/A432.
    Il erre près du grillage qui sépare les champs cultivés et l’autoroute en direction de Lyon, entre les communes de St Bonnet et Grenay, en lisière de bois.