Blanc veut tester les bus flottants

Publié le 11/03/2020

Le candidat de la droite aux municipales entend expérimenter les véhicules sur lesquels travaille SeaBubbles. La start-up estime que son taxi et son bus pourraient sans difficultés se déplacer à 50 km/h sur le Rhône et la Saône. 

A les entendre tout pourrait démarrer dès l’hiver prochain. Après une première présentation sans lendemain d’un prototype en 2017, revoici SeaBubbles à Lyon. Cette fois, la technologie est mature assure Alain Thebault, le fondateur de l’entreprise. Ses bateaux-taxis, où quatre passagers peuvent prendre place à côté du chauffeur, ont troqué des batteries classiques pour des batteries à hydrogène. L’autonomie n’est plus la même. Sur les premières, une heure de charge donnait une heure trente de fonctionnement. Avec les secondes, trois à quatre minutes de charge laissent une autonomie de deux heures à deux heures trente.

Rien de tel pour attirer l’attention d’Etienne Blanc, le candidat de la droite aux municipales à Lyon qui promeut la filière hydrogène à la Région. Le principe de SeaBubbles est simple. Ses bateaux volent au-dessus de l’eau ce qui entraine 30 à 40  %  de résistance en moins et donc moins de consommation énergétique pour avancer. Le véhicule ne produit surtout ni bruit, ni vagues. Ce qui est la principale crainte quant à la vitesse des bateaux.

Pour le prix d’un ticket TCL

La version taxi, qui fait la taille d’une voiture, doit être opérationnelle cet hiver. La version bus de 12 places au printemps prochain. La vitesse  ? Alain Thebault estime que ses engins pourraient atteindre sans problème 80 km/h. Il propose dans un premier temps de les tester sur la liaison Ile Barbe – Confluence entre 40 et 50 km/h. Sachant que la vitesse est aujourd’hui limitée à 12 km/h sur la Saône, que pense Voies navigables de France (VNF) du projet ? « Ils disent pourquoi pas« , assure le créateur. Pourquoi Lyon ? Parce que la filière hydrogène est là avec l’installation en cours d’une station de recharge au port Edoouard-Herriot.

Sans préciser combien coûterait cette expérimentation, Etienne Blanc se dit prêt à la soutenir s’il est élu maire de Lyon afin d’intégrer ce moyen de transport supplémentaire dans le giron du Sytral, c’est-à-dire pour le prix d’un ticket TCL.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Blanc veut tester les bus flottants

  • Julien dit :

    Bonne initiative d’Etienne Blanc de vouloir s’associer à Seabubbles. Ces bateaux signé Alain Thébault planent au dessus de l’eau et utilisent la même technologie que son fameux Hydroptère. Un vrai passionné qui a réussi à concevoir les bateaux qu’il dessinait dans son enfance alors même qu’il avait peur de l’eau…