Transports en commun : la Gauche unie veut encourager les abonnements gratuits pour les salariés

Publié le 18/02/2020

Les listes menées par Renaud Payre veulent profiter des dispositions de la loi d’orientation des mobilités (Lom) pour entamer des négociations avec les employeurs et les représentants des salariés. Objectif : favoriser des abonnements à moitié prix couverts par le seul versement de la prime transport. Donc gratuits pour les employés. L’équilibre du système reposant sur la multiplication du nombre d’usagers.

En matière de transports en commun, la Gauche unie avance deux mesures phares et originales. La première c’est son projet de « métro léger circulaire ». Soit deux lignes (Tassin / Saint-Fons et Saint-Fons / La Doua) de surface en site propre ne croisant pas la circulation routière donc plus rapides et avec moins d’arrêts qu’un tramway. Renaud Payre, le chef de file de la Gauche unie prend l’exemple de ce qui est en fonction sur les docks londoniens pour essayer de décrire ce système hybride inconnu en France.

Selon lui, l’intérêt est d’offrir une ligne de rocade qui ne rejoint donc pas le centre contrairement aux autres tout en mettant en liaisons avec d’autres lignes fortes de transports en commun (métros A, B et D, trams T1, T2, T3, T4 et T6). Coût affiché : 900 millions d’euros pour 40 km de trajet et une réalisation promise dans le mandat car la plupart des terrains seraient déjà préemptés, notamment pour la fameuse rocade A8 qui suit le boulevard urbain est (BUE).

590 000 personnes concernées

Pour réaliser cette ligne et renforcer l’offre globale de transports en commun, la Gauche unie entend quasi doubler le budget d’investissement du Sytral en le portant à 2,1 milliards d’euros sur le mandat. Outre la hausse du Versement transport – qui passerait de 1,85 % à 2  % -, la subvention annuelle de la Métropole augmenterait de 80 millions d’euros.

Ce ne sera pas de trop au vu de l’autre projet porté par la Gauche unie. Elle entend profiter des dispositions de la loi d’orientation des mobilités (Lom) pour entamer une concertation avec les entreprises et les représentants des salariés. Le but : un titre de libre circulation pour les employés. C’est-à-dire que l’abonnement aux transports en commun serait couvert par la seule prime transports versée par l’employeur. Soit 50 % du prix actuel. Potentiellement, ce sont 500 000 salariés et 90 000 agents publics qui seraient concernés. Un énorme manque à gagner pour les TCL ces abonnements à moitié prix ? Selon Yves Fournel, il serait largement compensé par la multiplication des abonnements et des primes transports ainsi versées. Restera aussi à adapter les infrastructures à cette augmentation potentielle des usagers. D’autant que la mesure s’ajouterait à la gratuité pour les étudiants, les apprentis, les scolaires et les minimas sociaux.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Transports en commun : la Gauche unie veut encourager les abonnements gratuits pour les salariés