Au Grand Lyon, l’Arena d’OL city fait débat

Publié le 18/12/2019

La mise en compatibilité du PLU-H aux fins d’accueillir cette nouvelle salle multifonctions dans laquelle jouerait notamment l’Asvel a déclenché l’ire de Jean-Paul Bret, le maire de Villeurbanne, tout en laissant un goût amer à certains maires de petites communes.

Le plan climat air énergie territoire (PCAET), un des dossiers importants à l’ordre du jour du conseil métropolitain de lundi, a été adopté dans le consensus général. L’instauration d’un droit de préemption renforcé sur l’immeuble Clip à la Guillotière a quant à lui donné lieu à une passe d’arme très politique.

Dans les faits, il s’agit d’achever la « diagonale Moncey » qui va de la place Gabriel-Peri aux Halles Paul-Bocuse. Le projet a déjà fait l’objet d’âpres débats avec les habitants du quartier, ceux-ci estimant que pour désenclaver la place Ballanche il faut commencer par démolir le Clip, cet étrange ensemble de deux immeubles conçu dans les années 90 pour masquer le côté cosmopolite du quartier de la Guillotière et qui obstrue totalement la perspective. Comme cet ensemble possède de multiples propriétaires, un droit de préemption renforcé est indispensable pour permettre à la collectivité d’agir. L’objectif – fort couteux – étant à terme de démolir au moins le petit Clip (à droite sur la vue aérienne) voire l’ensemble. Un discours que n’a pas toujours tenu le Grand Lyon.

Le vote de la délibération a toutefois donné prétexte à un échange virulent entre François-Noël Buffet, candidat LR à la présidence de la Métropole, et le vice-président à l’Urbanisme Michel Le Faou. Le premier prenant appui sur un dossier concernant la Guillotière pour s’en prendre aux problèmes de délinquance – sous entendus non résolus par la majorité en place – dans le centre de Lyon. Evidemment, le dossier a été voté sans difficultés dans la foulée.

Vint ensuite la « déclaration de projet emportant mise en compatibilité du plan local d’urbanisme et de l’habitat » concernant l’Arena prévue à proximité du Grand stade. Cette future salle devant accueillir pour les matchs d’Euroligue l’Asvel qui a du même coup renoncé à son propre projet d’Arena (lire ici). Là c’est Jean-Paul Bret, qui ne digère pas ce départ, qui s’en est pris à David Kimelfeld en lui demandant de retirer la délibération de l’ordre du jour. Evoquant sa « sidération« , le maire de Villeurbanne estime que cette délibération « a pris des chemins tortueux » puisqu’elle avait été ajoutée puis retirée du conseil métropolitain de novembre avec une concertation autour du projet désormais repoussée après les élections. « Ces tergiversations, ces allers et venues, finissent par semer le doute quant à la nécessité et même l’urgence d’examiner cette délibération maintenant« , ajoute l’édile.

OL city 60e commune de la Métropole

Et de souligner ensuite l’extrême rapidité dont bénéficie ce projet pour être reconnu d’intérêt général à peine le PLU-H adopté. « Fin 2020, le permis de construire d’une salle multifonctions à Décines serait en mesure d’être instruit au regard d’un PLU-H rendu compatible (…) Notre PLU-H présentera l’étrange singularité de proposer deux lieux destinés à la réalisation d’une salle multifonctions, l’un à Villeurbanne, l’autre à Décines« . Et ce, pour un projet avant tout privé. « Cette procédure témoigne plutôt de l’empressement du président de l’OL groupe, dont vous êtes devenu l’exécutant zélé, tacle Bret. Le fait d’avoir saisi, au cœur de l’été, en catimini, la commission nationale du débat public pour qu’elle désigne des garants de la concertation, est de nature à conforter mon propos. La réalité — brutale — est que nous sommes ici dans le dévoiement d’un outil de planification et dans le détournement d’une procédure pour aller plus vite et faire prendre une décision, sans retour possible, afin de satisfaire avant tout des intérêts économiques privés et même un intérêt particulier« .

Le maire de Villeurbanne souligne ensuite l’incohérence de cette concentration de moyens sportifs avec un schéma de cohérence territoriale préconisant une métropole multipolaire. « OL city sera un temple de la consommation du sport et des spectacles. Des équipements fondés exclusivement sur le loisir marchand. Des espaces privés qui ne seront accessibles qu’à condition d’ouvrir le porte-monnaie » auquel « le président de la Métropole déroule le tapis rouge (…) le président d’OL Groupe propose, la Métropole s’exécute. Assisterions-nous à la naissance d’une soixantième commune au sein de notre métropole ? Une commune qui ne s’inscrit dans aucune conférence territoriale, mais dont le « maire » a assurément l’oreille du président« .

Un coucou partagé par Pierre Gouverneyre, le maire de Curis-au-Mont-d’Or, pour le groupe Synergies qui a fait part de son incompréhension mettant en parallèle le fait que l’on demande aux communes de patienter pour une révision du PLU-H pour des projets d’intérêt général tandis que la procédure pour une salle multifonctions privée est prioritaire.

Pas de vote à bulletin secret

De son côté, Michel Forissier (LR) a souligné que les communes concernées (Décines, Chassieu et Meyzieu) n’avaient pas été consultées et avaient appris le projet par la presse. Il se dit néanmoins favorable sous réserve de garanties.

Rappelant qu’il était urgent (2023) que l’Asvel dispose d’une salle aux normes pour pouvoir jouer en Euroligue, Michel Le Faou a estimé que c’était la défaillance de l’un des porteurs, l’entreprise Floriot, qui avait fait capoter le projet à Villeurbanne, mettant en cause l’honnêteté intellectuelle de Jean-Paul Bret. Réplique de ce dernier : il narre une réunion avec David Kimelfeld, DCB – l’autre porteur du projet – et l’Asvel où il a été clairement dit que l’exploitant pressenti Live Nation avait renoncé après qu’on lui ait fait comprendre que s’il s’engageait avec l’Asvel… il ne pourrait plus travailler au Groupama stadium.

Voyant la confusion ambiante, le président du groupe LR Philippe Cochet a demandé un vote à bulletin secret sur ce dossier. Cette proposition n’ayant pas obtenu le tiers des voix requises, la délibération a été… très largement approuvée lors d’un scrutin à main levée.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Au Grand Lyon, l’Arena d’OL city fait débat