Extension de métros et de trams : le plan de 10 milliards de Kimelfeld

Publié le 03/12/2019

Le président de la Métropole et candidat aux élections de mars prochain a abandonné le projet d’Anneau des Sciences. A la place, il promet un choc d’investissement de 10 milliards pour développer des lignes fortes de transports en commun en première et deuxième couronne. Réaliste ? 

Après avoir estimé qu’il était « fortement remis en cause » dans l’entretien qu’il nous a accordé ce mois-ci, le président de la Métropole, David Kimelfeld, a exécuté l’Anneau des Sciences, sans cérémonie, dans une interview à Lyon Capitale vendredi dernier. Et ce lundi, il est passé à autre chose, présentant une vision alternative de quelque 10 milliards d’euros d’ici à 2038 (soit trois mandats), lors d’une conférence de presse. Pour information, le Sytral investit lors de ce mandat 1,2 milliard. C’est dire l’ambition qu’il porte. Ses soutiens objecteront qu’il économise de 3 à 4 milliards d’euros dévolus au bouclage du périphérique…

Son leitmotiv : « sortir le métro et le tramway de l’aire lyonnaise et villeurbannaise ». Sont visés les territoires de première (et deuxième) couronne, mal desservis. « On a accumulé un retard » a fait valoir le candidat aux élections, pointant la faible longueur des lignes existantes. « On a joué petit bras » a raillé Michel le Faou, vice-président à l’Urbanisme.

Ses propositions :

  • Métro A jusqu’à Meyzieu via Décines et le Grand Stade (1,2 milliard)
  • Métro B jusqu’à Feyzin via l’A450 et Irigny (sic) au sud, jusqu’à Rillieux (A46) via Tonkin, Cité Internationale, Saint-Clair, Montessuy et la Ville Nouvelle au nord (2,3 milliards)
  • Métro C jusqu’à Montessuy (250 millions)
  • Métro D jusquà Limonest via la Duchère, Ecully les Sources, Champagne et Techlid au nord, Porte des Alpes au sud (système de fourche depuis Grange Blanche) (1,45 milliard)
  • Nouveau Métro E de Craponne à Part-Dieu (1,7 milliard)
  • Tramway T1 jusqu’à la Soie via Mas du Taureau et Vaulx centre (250 millions)
  • Trawmay T4 jusqu’à Feyzin (100 millions)
  • Tramway T5 jusqu’à l’aéroport Saint-Exupéry (400 millions)
  • Tramway T6 jusqu’à la Doua via Grandclément et Gratte-Ciel (140 millions)
  • Nouveau tramway T7 de Stade de Gerland à Gare de Vénissieux via Techsud et Saint-Fons (40 millions)

L’heure n’est pas à l’établissement d’un calendrier de réalisations, même si l’on comprend que les projets de tramway seraient plus rapides à être mis à exécution. Par ailleurs, David Kimelfeld a annoncé vouloir démultiplier les parcs-relais (de 7500 à 20 000 places), favoriser les bus express, lancer deux lignes de navettes fluviales entre Gerland et Couzon (sur la Saône) et entre Pierre-Bénite et la Cité internationale (sur le Rhône). Il a aussi indiqué souhaiter que la collectivité acquière les trois lignes de trams-trains de l’ouest lyonnais pour viser un cadencement au quart d’heure aux heures de pointe (doublement du tunnel des Deux Amants). Son programme table sur 600 millions de renouvellement de matériel d’ici à 2038 et 250 à 270 millions d’entretien par mandat.

Pour financer son (très) ambitieux inventaire, le président du Grand Lyon a proposé au Sytral « qui n’est pas la Caisse d’Epargne » de s’endetter (+1,2 milliards), d’accroître la contribution de la Métropole au syndicat de transport (+50 millions par an). Il prévoit en outre une augmentation de l’autofinancement. Est-ce suffisant pour une telle révolution de la carte des transports ? Il y a un peu du projet du « Grand Paris » dans le programme présenté ce lundi sans une taxe spécifique.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Extension de métros et de trams : le plan de 10 milliards de Kimelfeld