Les maires du plateau nord veulent leurs métros

Publié le 23/10/2019

Les édiles de Caluire, Rillieux et Sathonay-Camp plaident pour un prolongement des lignes B et C en direction de l’A46.

Les transports seront décidément un thème majeur de la campagne pour les municipales et les métropolitaines de mars 2020. Dans la suite des réunions publiques actuellement organisées sur le projet de bus à haut niveau de service (BHNS) Lyon-Trévoux, Alexandre Vincendet, maire de Rillieux-la-Pape et président de la fédération des Républicains du Rhône, Philippe Cochet, maire de Caluire et président du groupe LR à la Métropole, et Bernard Dupont, premier adjoint au maire de Sathonay-Camp, ont publiquement demandé mardi 22 octobre le métro pour desservir le plateau nord de l’agglomération.

Prolongement des lignes B et C

« La ligne Lyon-Trévoux est très bien pour desservir le val de Saône mais elle ne répond en rien aux problèmes de déplacements sur le plateau, explique Alexandre Vincendet. En plus, cette nouvelle desserte risque d’engorger encore la gare de Sathonay« . Et les trois élus de reprendre au bond l’étude prospective sur le quadrant Nord-Ouest conduite par le Sytral. Celle-ci donne la perspective de l’arrivée de 15 000 habitants supplémentaires sur le plateau nord d’ici 2030. Avant d’évoquer « à long terme et selon la confirmation de la dynamique urbaine 2030/2040 » deux options séparées ou combinées de prolongement des lignes de métro B depuis Charpennes et C depuis Cuire jusqu’à l’A46. L’idée étant d’avoir un vaste parking relais à l’entrée Nord-Est de l’agglomération.

Tout cela n’est évidemment pas sans obstacles. A Charpennes, la ligne B bute contre la ligne A. Il faudrait donc certainement la reprendre en amont pour qu’elle puisse plonger dessous avant d’être prolongée. Quant à la ligne C, non seulement il s’agit d’un métro à crémaillère mais en plus il sort de terre à Cuire. Et Pour Philippe Cochet, autant le métro peut sans difficultés passer sous la voie verte qui irrigue sa commune autant il n’est pas question que la poursuite s’effectue en aérien sur cette même artère. Le maire de Caluire estime que les progrès techniques pourraient permettre au métro de délaisser la crémaillère pour des roues traditionnelles lorsque le matériel actuel arrivera en fin de vie.

Un enjeu métropolitain

Pour les édiles, la perspective 2040 est trop lointaine. Ils demandent des décisions durant le prochain mandat afin que le ou les métros voient le jour d’ici 2030. Et d’évoquer déjà des stations possibles à la gare de Sathonay et à Sermenaz (Rillieux) pour la ligne B et sur la zone d’activités de Perica, place Foch, à Montessuy et Cuire-le-Haut pour la ligne C sans oublier, là encore, Sermenaz. Le Sytral évoque une fréquentation en hausse de 40 000 voyageurs / jour pour un prolongement de la ligne C et de 70 000 voyageurs / jour pour celui de la ligne B.

Les trois élus insistent bien sûr le fait qu’il s’agit « d’une proposition des maires du plateau nord » comme si ceux-ci n’allaient pas être candidat à leur propre succession et qu’ils n’étaient pas déjà en campagne. Reste que les transports en commun, et plus encore le métro, sont un enjeu métropolitain. Or, le candidat des Républicains, François-Noël Buffet, n’a pas encore dévoilé ses plans sur ces questions. L’histoire dira si cette extension du métro faisait partie de ses plans ou s’il s’agit – notamment pour son challenger malheureux Alexandre Vincendet – de mettre le leader de la droite devant le fait accompli.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Les maires du plateau nord veulent leurs métros

  • Bernard dit :

    Article du 23/10/19 : « Les maires du plateau nord veulent leurs métros. »
    On est en période pré-électorale, si je ne me trompe ?
    Gagnants ou pas, ls n’en parleront plus dans huit mois.