Collomb annonce un (petit) verdissement de la Presqu’île

Publié le 06/06/2019

Une expérimentation sera lancée en septembre et pour 18 mois, sur la rue Président Herriot et la rue de Brest. Une banquette végétale va occuper la largeur d’une chaussée. 

Est-ce la conséquence du bon score des écologistes aux européennes ? Gérard Collomb a annoncé ce jeudi matin le verdissement de la Presqu’ïle, à la faveur d’une trame végétale de 2000 m2. La conférence de presse était particulièrement suivie à la suite des perquisitions effectuées hier à son domicile et à l’hôtel de ville sur le poste occupé par son ex-compagne. L’édile, qui s’est montré relativement serein, était là pour annoncer une expérimentation de dix-huit mois sur la rue du président Herriot, rue de Brest et les rues Gasparin et Maupin, entre les Terreaux et Bellecour. Sur l’ensemble du linéaire, une voie réservée à la navette S1 sera occupée par une banquette végétale, de deux ou deux mètres cinquante de large, pour accueillir près d’une centaine d’arbres en pots et des végétaux plus petits. Alain Giordano, adjoint délégué aux espaces verts, a promis des strates hautes et des strates basses.  L’aménagement aura lieu en septembre.

Conséquence : la navette des TCL sera désormais piégée dans la circulation, dans la seule voie restante. Les cyclistes disposeront, eux, d’un petit couloir restant. Gérard Collomb a indiqué vouloir augmenter le nombre de places de livraison pour ne pas obstruer complètement le trafic. Le maire a profité de cette conférence de presse pour annoncer la pose prochaine de bornes sur la chaussée, afin de rendre effective l’interdiction nocturne de circuler au nord de la rue du président Herriot où les riverains se plaignent de fortes nuisances les soirs de week-ends. Questionné sur l’opportunité de piétonniser la rue président Herriot, Gérard Collomb s’est montré réservé. « Step by step. Si j’annonçais cela demain, ce serait la révolution », a-t-il affirmé.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Collomb annonce un (petit) verdissement de la Presqu’île

  • Gil dit :

    Bonjour,

    Justement c’est bien d’une révolution dont nous avons besoin à Lyon et en Presqu’ile! Et nous l’attendons, à défaut nous la feront! Bien trop de rues de la Presqu’ile sont sur-fréquentées par les voitures et les motos ultra-sonores et polluantes, en particulier ces deux axes dont vous parler dans cet article ( je ne parle pas de l’axe Nord -Sud que C.Delfante juge sévèrement comme une magistrale erreur d’urbanisme! )Comment nos élus n’ont ils pas encore imaginé une Presqu’ile piétonne et « végétalisée ». Oui le coeur de lyon manque d’arbres, de verdures, et nous attendons la « piétonnisation » totale de la Presqu’ile tout comme le centre de Strasbourg! la configuration même de la Presqu’ile le permettrait au moins jusqu’à Bellecour et ou Perrache. Cela pourrait se faire progressivement et la fête des lumières nous démontre chaque année en soirée ce que devrait être ce coeur de ville. Ainsi des week-end sans voitures sur la Presque »ile livrée aux piétons et cyclistes. Puis quelques semaines choisies dans l’année, avec des aménagements paysagés et enfin la « piétonnisation » nord-sud. La question des parkings pourrait être solutionnée et le shopping en voiture totalement prohibé. Il y a suffisamment de transport en commun.

  • Bernard dit :

    « Collomb annonce un verdissement de la Presqu’ile »
    Entre le métro E inventé dans le feu de la campagne des Municipales en 2014 pour contrer MM Havard et Boudot, l’entêtement sur une gare souterraine à la Part Dieu qui coûtera au minimum 1 milliard et demi d’euros de plus que la version surface sans pour autant diminuer le bruit des trains qui rouleront encore sur les voies existantes, l’anneau des sciences (ou plutôt d’essence) et ses 3 milliards € de tunnels et d’échangeurs autoroutiers installés dans des vallons où ils n’ont rien à faire, et maintenant cette verdure alibi sur les voies bus et les bandes cyclables pour tenter de capter des voix écolos, Monsieur notre Maire ne sait plus inventer que des délires.
    La retraite s’impose pour lui, vite !