Rhônexpress : vers la remise à plat

Publié le 12/04/2019

A l’issue du comité syndical du Sytral de ce vendredi, la présidente, Fouziya Bouzerda, a indiqué lancer des négociations avec Rhônexpress. En vue la renégociation du contrat actuel qui court jusqu’au 31 décembre 2038 et qui assure à l’exploitant, filiale de Vinci, le monopole de la desserte*. La première réunion aura lieu le 30 avril.

David Kimelfeld, président du Grand Lyon, a précisé poursuivre trois objectifs. « Diminuer les tarifs excessifs, développer des solutions pour améliorer la mobilité du quotidien (soit une meilleure cohabitation avec T3, ndlr) et trouver des solutions alternatives de desserte », notamment pour les communes de l’Est lyonnais, comme Genas, qui ne disposent pas de connexion à Saint-Exupéry.

La collectivité a mandaté Gérard Claisse, vice-président en charge des achats publics, de mener ses discussions. L’élu est rompu à l’exercice puisqu’il a renégocié le contrat de l’eau (avec Veolia) et de Velo’V (avec JC Decaux). Le Sytral et le Grand Lyon espèrent aboutir d’ici à l’automne. « Jusqu’où est-on prêt à aller ? », a questionné Pierre Hémon, conseiller métropolitain (EELV). « Jusqu’à la résiliation », a répondu tout de go la présidente, tout en précisant que « le contrat n’est qu’un moyen, pas la fin ».

* La clause d’exclusivité ne concerne que les services de transport assurés par la collectivité, pas par les entreprises privées.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Rhônexpress : vers la remise à plat