Anneau des Sciences : Kimelfeld se « pose des questions »

Publié le 18/03/2019

Le président du Grand Lyon reste favorable au bouclage du périphérique, tout en appelant à une réflexion sur les « nouveaux usages ». Des déclarations qui ont semé « le trouble » dans l’assemblée métropolitaine.

Un premier pas vers l’abandon du bouclage du périphérique ? Le président du Grand Lyon, David Kimelfeld, a émis quelques doutes, ce lundi, en conseil métropolitain. Il réagissait au communiqué de la Ville à vélo et du collectif Lyon Climat, « scandalisés par le soutien au projet climaticide de l’Anneau des Sciences », qui menaçaient de se retirer de la concertation sur le Plan Climat en cours de préparation. Le débat public ayant été bouclé en 2013, l’ouvrage doit passer à enquête publique en 2021. De nouvelles études ont été lancées par la Métropole de Lyon.

« Cela s’appelle noyer le poisson »

« Un ultimatum qui n’a pas de sens », a répondu l’élu. « Comme vous, je me pose de nombreuses questions », a-t-il lancé, « pas sur l’opportunité, non pas sur son tracé ». Ses interrogations portent sur « les nouvelles mobilités, le covoiturage, les véhicules autonomes, le développement des deux roues… » et leur intégration dans la nouvelle infrastructure. Dans la foulée de ces observations, Gérard Collomb a pris la parole. Pour rappeler son soutien à l’ouvrage, sans circonlocution. « Il est vain de vouloir parler de l’aménagement de l’A6 et A7 si nous n’avons pas l’Anneau des Sciences », a-t-il martelé. Réagissant à ces déclarations, François-Noël Buffet (LR), sénateur, a confié son « trouble ». « Il est question d’avoir maintenant les idées claires », a-t-il exhorté. « Je n’ai pas entendu de différence avec Gérard Collomb », a objecté le président du Grand Lyon. « Cela s’appelle noyer le poisson », a tranché Nathalie Perrin-Gilbert, maire du 1er arrondissement, qui a demandé l’arrêt des études.

Kimelfeld « pas pétri de certitude »

Une conférence de presse était organisée dans la foulée pour préciser les intentions du président de la collectivité. « Je n’ai pas dit que j’étais opposé à l’Anneau des Sciences », a souligné David Kimelfeld qui a insisté sur les modes alternatifs à la voiture et une nouvelle concertation. « Quand un sujet clive, c’est qu’il est complexe », a-t-il philosophé. Le président du Grand Lyon a confessé « ne pas être pétri de certitude », attendre le débat sur le plan Climat et rester (encore) favorable à l’infrastructure. David Kimelfeld a toutefois indiqué vouloir profiter du débat parlementaire de la loi d’orientation sur les mobilités pour porter un amendement permettant la création d’un établissement public sur le modèle du Grand Paris. Celui-ci permettrait de lever de nouvelles taxes nécessaires au financement de l’Anneau des Sciences.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Anneau des Sciences : Kimelfeld se « pose des questions »

  • Dutal Gérard dit :

    Gérard Collomb a raison ,le bouclage du périphérique doit se faire et vite si on veut éradiquer le transit national et international du tunnel de Fourvière .Sans ce bouclage , le boulevard urbain ne se fera pas , et ce qui est actuellement en cours et prévu pour 2020 (ligne de bus sur la voie de dégagement et arbres sur le quai Perrache), n’est que de l’enfumage des lyonnais ,car on ne touche pas aux voies actuelles de l’autoroute. David Kimelfeld a tord de ne pas décider maintenant , d’avoir peur des écologistes et d’engager un nouveau débat public pour mieux reculer ?

  • ccroch dit :

    Moi je me pose des questions sur sa pertinence à s’accrocher au poste de président de la Métropole.

    Une maladie peut-être !

  • Bernard G. dit :

    POUR EVITER L’ANNEAU DES SCIENCES MIEUX QUE NE LE FERAIT LE METRO « E » (auquel les Décideurs ne demandent d’ailleurs pas de le faire)

    Le métro E est vendu par Gérard Collomb pour relier le centre ville à Alaï, futur lieu d’échange avec une « porte » de l’anneau des sciences (en fait un échangeur autoroutier en plein dans le vallon verdoyant du ruisseau de Charbonnières, à l’emplacement des « Esses d’Alaï »).

    On a observé que très peu d’automobilistes quittent une autoroute circulaire pour prendre un TC radial lourd. Quand les automobilistes arrivent par une route radiale sur le même axe que le TC, le report est meilleur.
    En fait un flux croissant d’automobilistes traverseront Craponne, Charbonnières, Tassin pour aller rejoindre le métro. Et les bus seront pris dans des embouteillages toujours plus pénibles.

    MM. G. Collomb et J.L. Da Passano prétendent que des bus prendront les tunnels de l’anneau des sciences.
    Or ce n’est pas techniquement prévu, ni vraiment intéressant pour les voyageurs (mais des décideurs qui n’utilisent jamais les transports en commun ne peuvent pas s’en rendre compte)

    D’ailleurs les TCL ont supprimé la seule ligne de bus (le 55) qui prenait le tunnel sous Fourvière. Elle leur coûtait trop cher, sans prendre suffisamment de voyageurs. Cette ligne passe maintenant par en haut, sur l’avenue Barthélémy Buyer, là où habitent les gens.

    Lien vers les AVIS déposés sur le site de la concertation du métro E :
    https://metro-e-sytral.fr/deposer-mon-avis-ma-question-74

    Beaucoup de contributeurs demandent le prolongement vers Part-Dieu, dès 2030. (Pas 10 ou 20 ans après.)
    Ce prolongement augmenterait indiscutablement la clientèle (x 2 ou plus) et donc l’opportunité du métro E.

    Les gens veulent aussi pouvoir prendre les trams-trains de l’ouest lyonnais TTOL avec un billet ou abonnement TCL.
    Il est certain que ça « boosterait » leur fréquentation (constaté dans d’autres villes).

    PROPOSITIONS ALTERNATIVES à l’ADS et au métro E (avec budget de l’ordre de un milliard)

    1) TRAMWAYS SUR LE PLATEAU. (voir lien google maps plus bas)

    Trois branches, venant d’Alaï, (av. Joliot Curie et Point du Jour)
    Sainte Foy (Plan du Loup, av. Jarosson, Provinces, rue Charcot)
    et Tassin centre (av. Leclerc, Foch, Brosset, de Ménival), roulant sur voiries.
    qui se regroupent en « tronc commun », et descendent en tunnel entre le secteur de « La Favorite » et la Saône (Pont Kitchener RD).

    Ce tunnel est positionné pour qu’une seule station, Trion, soit souterraine, à environ 30 mètres de profondeur.
    La pente est inférieure à 7 %, les tramways peuvent grimper.

    TOUTES LES AUTRES stations sont en surface.

    (On précise que ce n’est pas du tout la variante tramway conçue par le Sytral pour cumuler les défauts rédhibitoires et être éliminée)

    Les lignes réunies traversent la Saône (pont), le Cours de Verdun (estacade) et le Rhône (pont)

    Elles desservent Perrache (correspondances avec Métro A, trams T1 et T2, gares sncf et routière)
    et Place Jean Macé (correspondance avec Métro B, tram T2, halte Sncf, lignes de bus). Dès 2030

    Elles peuvent continuer plus vers l’Est sur les rails de l’avenue Berthelot,
    et vers Part Dieu, via les rues Domer, Garibaldi et Bouchut

    Les rames sont exploitées en doublets (4 à 500 places),
    avec la cadence du tram T3 sur chacune des trois branches,
    et donc trois fois plus fort sur le tronc commun.
    La « charge » prévue par le Sytral en heures de pointe est transportée sans problème.

    CONSEQUENCES :

    8 km de lignes tramway sur le plateau, contre seulement 3,5 à 3,8 km en métro.

    20 stations environ sur le plateau, contre seulement 5 en métro : la desserte de proximité est bien meilleure.
    Le Transport en commun fort est accessible rapidement et directement depuis davantage de secteurs.

    Quelques expropriations (essentiellement maisons individuelles, déjà « frappées d’alignement » dans les documents officiels) seront nécessaires.
    Leur coût est < 20 millions euros. Largement amortissable par construction d'immeubles, malgré l'implantation en retrait pour élargir les rues.

    UNE seule correspondance au lieu de deux en métro E pour rejoindre Confluence, Gerland,
    UNE ou ZERO correspondance pour rejoindre Part Dieu !

    APERCU DU RESEAU PROPOSE :
    https://www.google.com/maps/d/u/0/edit?mid=1L_9d0KoVn9V7O4_oBP3HFx72AszlBCn6&ll=45.75396377084337%2C4.78638275805838&z=14

    NOTE : Chaque kilomètre de métro E coûte l'équivalent d'une petite ligne de tramway comme le T6 en construction (Gerland – Etats Unis – Mermoz – Pinel – Hôpitaux Est) : 160 M€

    L'accès des vélos dans le tramway est plus facile que dans les stations profondes du métro.

    2) PROPOSITION COMPLEMENTAIRE : Tram Train Ouest Lyonnais TTOL

    – Il DOIT être rattaché au SYTRAL (tout comme G. Collomb a réussi à récupérer l'A6 et l'A7 pour la Métropole)

    – La SNCF n'est plus l'exploitant, mais Keolis-Lyon ou successeur.

    – Son identité devient TCL (coordinations horaires, tarifs, visibilité sur les plans de réseaux et les applis numériques, information des voyageurs) : on le prend aussi facilement que le métro, le tram, le bus.

    – Les voies sont doublées sur des sections supplémentaires (Il y avait deux voies, autrefois. Mais ce n'est pas nécessaire de le faire dans le tunnel des Deux Amants, si c'est jugé trop difficile !)

    – Des services supplémentaires : Charbonnières ou Dardilly – Tassin – ALAÏ – Brignais sont créés
    (sans supprimer ceux vers Gorge de Loup et gare Saint Paul)

    – objectif : créer un "RER léger" de l'ouest lyonnais, avec une trentaine de gares.

    NOTE 1 : Les infras du TTOL, c'est du site propre Transport en Commun intégral – très sous utilisé – sur :

    6,15 km à Tassin
    5,60 km à Dardilly,
    4,15 km à Charbonnières,
    2,85 km à Francheville
    4,40 km à Chaponost
    3,00 km à Lyon

    Contre moins de 4 km de métro E sur le plateau !!

    NOTE 2 :
    les rails du tram-train sont quasiment à l'aplomb de l'anneau des sciences (où Mr Da Passano dit vouloir faire passer des bus).
    Ils passent près des endroits où les gens vivent, travaillent, étudient, se détendent. Pas dessous.

    NOTE 3 : On recrée une branche ALAÏ – Craponne ouest.
    Elle existait jusqu'en 1954 : "le petit train de Vaugneray"
    Elle sera exploitée comme tramway venant de Perrache, ou comme tram-train.

    3) OPTIONS : TELECABINES (les cabines passent toutes les 30 secondes ! )
    – Quartier Champvert – Gorge de Loup en 2 minutes
    – Quartier Ste Foy Chavril – Darse Lyon Confluence en quatre minutes

    TOUT CELA peut être réalisé sans dépasser le coût global du métro E entre Alaï et Part Dieu.

    Bernard GIRARD
    président de la coordination DARLY
    http://www.darly.org