Le parc des Halles, terrasse de l’été prochain

Publié le 25/10/2018

Alors que les travaux ont commencé, l’ouverture du toit terrasse du parking hélicoïdal est programmée pour juillet 2019.

Les aléas semblent derrière LPA. En présentant, voici un peu plus de de deux ans, son projet de réaménagement du parc Les Halles – qui date de 1970 – la société d’économie mixte envisageait la mue pour l’automne 2017. Las, entre les recours du voisinage et une réalité des besoins de renforcer la structure un peu différente de ce qui ressortait des diagnostics, le chantier a pris du retard.

Les travaux ont démarré en septembre pour une durée de 13 mois. Surtout, l’ouverture du toit terrasse – à 25 mètres du sol – est prévue pour juillet prochain. Car après le réaménagement du parvis et l’ouverture d’un restaurant au rez-de-chaussée, outre le nettoyage et la reprise des bétons, le « clou » demeure ce nouveau « spot » de 1 800 m2 au sommet du parking hélicoïdal emblématique de la Part-Dieu qui pourra accueillir une centaine de personnes.

Rotule entre deux Lyon

Cette terrasse où l’on pourra boire un verre est le fruit du travail d’un trio : l’architecte William Wilmotte, l’artiste Mengzhi Zheng, dont une oeuvre monumentale coiffera l’ensemble, et la paysagiste Anne-Laure Giroud. Les végétaux, installés dans des pots, offriront un cheminement paysager au sommet et donneront des points de vue sur les Monts d’Or ou le Pilat tout en préservant un peu d’intimité à proximité immédiate de l’imposante tour Incity.

De quoi renforcer le positionnement de rotule cher à William Wilmotte du parc hélicoïdal à la fois dans la diagonale Moncey et à la limite du Lyon « ancien » et de la Part-Dieu.

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Le parc des Halles, terrasse de l’été prochain

  • soro dit :

    On peut comprendre qu’avec la mode des « rooftop » les riverains mitoyens craignent pour leur tranquillité. Il est vrai aussi que les architectes n’habitent généralement pas dans leurs œuvres !