Quelles différences de loyers dans le Grand Lyon ?

Publié le 27/09/2018

L’observatoire des loyers a rendu publique ce mercredi son étude 2017 du marché sur la région métropolitaine de Lyon. 

24 000 références de loyers de l’aire métropolitaine lyonnaise* ont été compilées dans cette étude annuelle de l’observatoire des loyers. C’est dire la précision des données. On y apprend que le loyer médian s’établit en 2017 à 11,40 euros le m2. A Lyon intramuros, il est de 12 €/m2, de 11,70 €/m2 à Villeurbanne, de 11 à 11,50 €/m2 dans l’ouest lyonnais, à Genas, Chassieu, Brignais, Corbas, Mions…, de 10 à 11 €/m2 dans la quasi totalité des autres secteurs, excepté le Beaujolais et le nord Isère où il est inférieur à 10 €/m2. « Il y a très peu d’écart entre les différents quartiers de Lyon », remarque Michel Le Faou, président de l’agence d’urbanisme et vice-président du Grand Lyon en charge de l’urbanisme. A Lyon, les valeurs les plus basses se situent dans la quasi totalité du 9e arrondissement, autour de la Part-Dieu, à Gerland, Mermoz, aux Etats-Unis, cotés à moins de 12 €/m2.  A l’opposé, une grosse partie de la Presqu’île, de la Croix-Rousse et du 6e arrondissement se loue à plus de 12,50 euros le m2.

L’âge de la résidence est un facteur à prendre en compte. Il ressort que ce sont dans les constructions remontant à 1946/1970 ou 1970/1990 de l’aire métropolitaine de Lyon que les loyers sont les plus bas : respectivement 10,1 et 10,2 €/m2 . Les maisons et appartements post-2005 permettent des loyers plus élevés (11,40 €/m2), ainsi que la période 1991/2005 (11,1 €/m2) et avant 1946 (10,9 €/m2). Même phénomène à Lyon intramuros : les loyers les plus élevés sont dans les constructions de moins de douze ans (12,4 €/m2) ou avant 1946 (12,2 €/m2). « On a une valorisation du parc ancien dans les quartiers les plus attractifs si les appartements sont bien entretenus », souligne Michel Le Faou.

Enfin l’étude surprendra tous ceux qui s’imaginent que louer en direct un appartement permet d’économiser sur les frais d’agence. C’est même l’inverse :  selon cette étude, il en coûte 1 euro plus cher par m2 que d’avoir un intermédiaire et jusqu’à 1,80 euro à Lyon et Villeurbanne. Un phénomène que l’on ne retrouve pas dans toutes les métropoles françaises.

Augmentation des loyers ?

Comparer avec les études précédentes ne révèle pas de changements majeurs. Le loyer médian était de 11,20 euros le m2 en 2016 et 11,10 €/m2 en 2015. Une évolution modérée par l’indice de référence des loyers (IRL) qui limite les augmentations d’une année à l’autre. En revanche, le loyer médian de relocation (correspondant à des biens nouvellement mis sur le marché ou reloués après d’importants travaux) est d’un euro plus cher que le « stock » de logements loués, et même d’un euro quarante à Lyon – ce qui traduit une tendance inflationniste au long cours.

* le périmètre comprend  le département du Rhône (dont l’agglomération lyonnaise et le Beaujolais) et les territoires limitrophes (plaine de l’Ain, nord Isère)

Lire aussi : L’étude 2015 de l’observatoire des loyers

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Quelles différences de loyers dans le Grand Lyon ?