Taxe foncière : Lyon et Villeurbanne épargnées ?

Publié le 12/10/2017

C’est toujours une douloureuse, mais elle l’est un peu moins ici qu’ailleurs. Villeurbanne et Lyon sont les 5e et 6e grandes villes de France où la taxe foncière est la plus basse, avec des taux cumulés de respectivement de 34,85 et 36,66% (taxe d’enlèvement des ordures ménagères comprise) en 2016. Ces chiffres émanent de l’Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI), dans un palmarès publié ce jeudi. Amiens est la collectivité qui impose le plus les propriétaires immobiliers avec un taux de 55,87%, Grenoble se hisse au 4e rang (53,92%).

L’étude met en lumière le dérapage de la fiscalité locale : entre 2011 et 2016, la taxe foncière a cru de 14,01%, « soit 4,5 fois plus que l’inflation″, relève l’UNPI. « La hausse de la taxe foncière pèse de plus en plus sur le budget des propriétaires occupants et sur la rentabilité immobilière″, déplore l’organisme. A Lyon, l’augmentation n’est négligeable : +19,21% à Lyon, +15,90% à Villeurbanne – une évolution en partie due à l’augmentation prononcée par le conseil départemental du Rhône avant sa fusion avec la communauté urbaine de Lyon. L’UNPI voit cependant des raisons d’espérer : en 2017, la taxe n’augmente plus que de 0,97% dans les 50 premières villes françaises, dont 0,40% à Villeurbanne et et 0,42% à Lyon.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Taxe foncière : Lyon et Villeurbanne épargnées ?