L'UC1 de Bron est appelée à être démolie

Rénovation urbaine : démolitions et réhabilitations à venir

Publié le 24/09/2016

La Métropole de Lyon a lancé lundi les premières opérations du nouveau programme de renouvellement urbain. D’ici à 2022, 856 logements seront démolis et 982 autres seront réhabilités.

Après la Duchère, Mermoz Nord et une partie des Minguettes, d’autres quartiers vont bénéficier des crédits de la politique de la ville. La Métropole de Lyon a voté lundi l’adoption d‘une première tranche d’opérations contenues dans le nouveau programme de renouvellement urbain qui mobilise 5 milliards d’euros d’ici à 2025. Au niveau national, 200 sites d’intérêt national ont été retenus qui vont se répartir 4,15 milliards, et 250 autres d’intérêt régional, se contenteront de 850 millions de subventions. L’agglomération compte  :

  • 8 sites d’intérêt national : Bron Parilly, Bron Vaulx-en-VelinTerraillon Chénier, Lyon 9e Duchère, Rillieux Ville Nouvelle, Saint-Fons Vénissieux Minguettes Clochettes, Vaulx-en-Velin Grande Ile, Villeurbanne Buers nord et Villeurbanne St-Jean.
  • 6 sites d’intérêt régional : Givors les Vernes, Givors centre-ville, Lyon 8e Langlet Santy, Lyon 8e Mermoz sud, Saint-Fons Arsenal Carnot Parmentier et Saint-Priest Bellevue.

Les objectifs restent les mêmes depuis le plan Borloo : désenclaver ces quartiers périphériques, améliorer leur cadre de vie, favoriser la mixité sociale en promouvant l’accession à la propriété et développer l’activité économique et commerciale.

D’ici à 2022, une première salve d’opérations va concerner 1838 logements : 856 seront démolis et 982 autres réhabilités.

Tous ces chantiers ont déjà démarré. Les plus importants :

  • Démolition de l’UC1 à Bron Parilly (330 logements, durée 6 ans et demi),
  • Démolition des barres 523 et 530 à la Sauvegarde Lyon 9e (189 logements, durée 4 ans),
  • Démolition d’une barre rue Gaston Monmousseau aux Minguettes à Vénissieux (197 logements, durée 3 ans),
  • Réhabilitation de la résidence le Couloud à Vénissieux (220 logements, durée 45 mois),
  • Réhabilitation de la résidence Edouard Herriot aux Minguettes à Vénissieux (200 logements, durée 30 mois).

D’autres chantiers sont lancés par la Métropole par anticipation, dans l’attente d’un éventuel financement par l’ANRU. On y trouve par exemple la démolition de la résidence Pierre Dupont au Mas  du Taureau Vaulx-en-Velin (248 logements, durée 60 mois) ou celle des tours 54 et 58 à Arsenal Saint-Fons (176 logements, durée 42 mois). Pour mémoire, le premier programme national de rénovation urbaine a conduit à la démolition de 6 295 logements tandis que 8 148 autres ont été réhabilités.

Ce lundi, les élus ont avalisé une politique qui a fait ses preuves. Maire de Rillieux, Alexandre Vincendet (Les Républicains) a seulement regretté que « la tranquillité publique, priorité numéro 1 » ne figure pas parmi les orientations de la délibération. Maire de Villeurbanne, Jean-Paul Bret (PS) a noté que la règle du 1 pour 1 (égalité en nombre entre les logements détruits et ceux construits) « n’implique pas que la nature du logement reconstitué soit la même que celle du logement démoli ». Anticipant une pénurie de T4 et T5.

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Rénovation urbaine : démolitions et réhabilitations à venir