ZFE : les collombistes veulent un referendum local

Publié le 16/09/2021

Pour les élus des groupes Pour Lyon et Inventer la Métropole de demain, les mesures prises par l’exécutif en matière de logements et de transports vont aboutir à l’inverse des objectifs affichés. 

Entre une majorité verte-rose-rouge et une opposition LR « un brin populiste » et « adepte des coups , les groupes Pour Lyon – présidé par Yann Cucherat – et Inventer la Métropole de demain – présidé par Louis Pelaez – se veulent le centre (gauche et droit) modéré qui prépare (déjà) l’alternance pour 2026.

La polémique actuelle autour de la loi Maptam (Modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles) portée en son temps par Gérard Collomb ? Pas sérieuse. « Les communes ne peuvent pas quitter la Métropole », assure Louis Pelaez. En ligne de mire, l’un des cosignataires de la tribune parue dans le Journal du Dimanche, Marc Grivel, le président du groupe Synergies à la Métropole, « qui revendique la fin du suffrage universel direct ». Quant aux Républicains, qui ont pris la tête de la fronde des maires  : « On ne peut pas être crédible pour diriger la Métropole en voulant sa disparition ».

Part modale de la voiture en hausse ?

Pour le groupe collombiste, ce qui est en cause c’est la gouvernance des écologistes et le non-respect de la règle (non écrite) des trois tiers en matière d’investissements : un tiers pour Lyon et Villeurbanne, un tiers pour les projets métropolitains et un tiers pour les projets communaux. « La Métropole doit cofinancer les projets locaux avec des critères d’intervention, insiste Louis Pelaez. Il ne faut pas que des projets idéologiques mais également des projets partagés ».

Et Gérard Collomb d’estimer qu’entre les constructions de logements neufs et les ventes en bloc on va avoisiner les 7 000 à 7 500 unités cette année « là où depuis 2001 on était en moyenne à 9 000 logements par an. Les gens vont sur la troisième couronne pour se loger, assure l’ancien maire. Les départements voisins sont accablés de demandes de promoteurs. Or, en troisième couronne, il n’y a pas de transports en commun. Ces gens-là viendront donc travailler en voiture dans la Métropole. Soit l’inverse de ce que veulent les écologistes ».

Pour Yann Cucherat, avec la consultation sur le métro, la majorité est « d’une malhonnêteté terrible. La concertation sur le métro E a déjà eu lieu et il est plébiscité. C’est une priorité alors qu’aujourd’hui avec les réductions de voiries comme Choulans et les bouchons que cela génère dans le 5e arrondissement on est à l’inverse de ce qu’ils combattent ». Louis Pelaez craint même que… la part modale de la voiture augmente.

Quant à la concertation sur la zone à faibles émissions (ZFE), le groupe a déjà prévu les flyers pour inciter à la participation, tout en demandant par la voix de Christophe Geourjon un référendum local au printemps 2022 sur le périmètre, les modalités et les mesures d’accompagnement. Pas sûr que Bruno Bernard obtempère…

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur ZFE : les collombistes veulent un referendum local