Le Plateau Nord liste ses demandes aux Grand Lyon

Publié le 12/01/2021

Démarche inédite, Caluire, Rillieux et Sathonay-Camp, les trois communes de la circonscription métropolitaine, ont tenu une réunion commune de leur conseil municipal pour pousser leurs projets auprès de la Métropole dans le cadre de la programmation pluriannuelle d’investissement (PPI).

Prolongement du métro B et même du métro C, maillage territorial des réseaux cyclables au-delà des frontières communales avec quelques gros travaux en perspective (destruction de l’autopont Poincaré à Caluire, requalification du rond-point Charles-de-Gaulle à Rillieux…), renforcement des aides à l’acquisition de vélo électrique, reconfiguration du centre d’aiguillage pour les gares de Sathonay-Camp, Crépieux et Saint-Clair, stations GNV, hydrogène et électriques, reprise du plan local d’urbanisme et de l’habitat (PLU-H), requalification de places et squares, restructuration ou construction de collèges… Les mauvaises langues parleront de liste au père Noël.

Reste que, dans le jeu institutionnel métropolitain, les communes de Caluire, Rillieux et Sathonay-Camp ont eu le mérite de prendre un temps d’avance sur les autres circonscriptions en élaborant des demandes communes à l’échelle de la conférence territoriale des maires du Plateau Nord pour mieux les défendre solidairement à l’occasion de la programmation pluriannuelle d’investissement (PPI) du Grand Lyon. Là où les autres communes risquent de procéder chacune de leur côté. Les maires de Caluire et Rillieux, Philippe Cochet et Alexandre Vincendet, ont même fait contre mauvaise fortune bon cœur puisque le nouveau maire de Sathonay-Camp – Damien Monnier – n’était pas le candidat qu’ils soutenaient aux municipales.

Unanimité dans la salle

La réunion des trois conseils municipaux, samedi, n’avait évidemment aucune valeur légale. Chaque conseil devra à nouveau délibérer derrière. Reste qu’au-delà de l’opération de communication, la ratification du projet de territoire s’est faite à l’unanimité (des présents), c’est-à-dire oppositions comprises. Ce qui n’était pas écrit d’avance même si les projets poussés ne sont pas clivants.

De là à dire, comme Philippe Cochet, que le Plateau Nord joue le jeu de la concertation prônée par le président de la Métropole Bruno Bernard et que, si celui-ci n’accepte pas la « liste des commissions » dans son entièreté c’est qu’il joue la duplicité, il y a un pas… Vu que, de toute façon, les demandes des communes seront forcément plus importantes que le budget de la PPI, même augmenté. Ce n’est en tout cas pas samedi qu’il pouvait y avoir des réponses, Bruno Bernard ayant privilégié un séminaire avec sa majorité à cette réunion exceptionnelle des fers de lance de son opposition.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Le Plateau Nord liste ses demandes aux Grand Lyon