Pistes jaunes : le Grand Lyon revoit son dispositif

Publié le 17/06/2020

Le déploiement de nouveaux couloirs cyclistes se poursuit avec un objectif de 80 km d’ici à septembre. Mais plusieurs aménagements sont suspendus ou revus pour réduire l’engorgement automobile.

@Pierre-Antoine Pluquet

Rétropédalage ? Dans un communiqué de presse, la Métropole annonce la suppression de certains couloirs cyclables (jaunes) aménagés au moment du déconfinement. Il s’agit de la piste logée sur le pont de la Guillotière, suspendue « compte tenu de la multiplication du temps de parcours par 3 pour les automobilistes entre la Place Gabriel Péri et la rue de la Barre », et celle de l’avenue de Saxe sens sud-nord. « Face aux stationnements en double-file insuffisamment verbalisés et à la fermeture de la trémie sous Perrache qui occasionne un fort report de trafic, le résultat était mitigé avec un temps de parcours augmenté de près de 50% pour les automobilistes », indique la collectivité.

Deux autres itinéraires font l’objet d’ajustements pour redonner un petit peu de fluidité automobile. Rue Duquesne :  pour les véhicules arrivant du pont de Lattre de Tassigny, l’aménagement sur une voie de circulation débutera à partir de l’avenue Foch, et non plus à partir du quai de Serbie. Quai Charles de Gaulle : est mis en place un système de feux clignotants au niveau du rond-point d’accès côté Doua.

@Pierre-Antoine Pluquet

Le Grand Lyon se garde bien d’évoquer un retour en arrière. « L’urbanisme tactique est un dispositif souple, adaptable et réversible si besoin », souligne le communiqué. Les pistes jaunes ont été pensées comme des réalisations provisoires post-confinement en attendant un retour des voyageurs dans les TCL, pouvant ci et là être définitives. Sur les 23 couloirs effectués, 19 « fonctionnent très bien », affirme la collectivité. La pratique cycliste a progressé de 50% par rapport à la situation antérieure à la crise sanitaire (l’arrivée des beaux jours y contribuant aussi) tandis que le trafic automobile a retrouvé ses niveaux d’avant mars et la fréquentation dans les TCL s’établissant à 60% de la normale.

Le Grand Lyon rappelle son objectif de 80 km d’ici à la rentrée de septembre, dont 30 km additionnels d’ici à juillet. A venir, la semaine prochaine, un couloir de trois mètres de large sur la rue Édouard-Herriot pour une circulation sud-nord (à la place des bacs végétaux), un itinéraire nord-sud sur l’axe parallèle via la rue Paul Chenavard, la rue de Brest et la rue Gasparin, et 14 kilomètres de piste cyclable sur le RD 51 (Val-de-Saône) qui reliera Quincieux à Lyon 9e d’ici à septembre. Enfin les circulations dans le tunnel de la Croix Rousse seront revues : le tube mode doux sera vraiment réservé aux piétons et vélos, et les bus renvoyés dans l’ouvrage routier  où ils bénéficieront d’une « insertion prioritaire ».

Pour plus d’informations sur l’urbanisme tactique, lire notre dossier « La ville, demain » dans notre dernier numéro, en vente chez les marchands de journaux. 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Pistes jaunes : le Grand Lyon revoit son dispositif