Végétation, fleuve, piétonnisation : Kimelfeld détaille ses projets d’urbanisme

Publié le 26/02/2020

David Kimelfeld et Georges Képénékian ont précisé certains projets, comme la place de la République, l’Hôtel Dieu ou le quartier de la Loupe à Albigny.

Végétalisation et co-construction avec les habitants sont des maitres mots dans cette campagne. Ils ont été utilisés par David Kimelfeld et Georges Képénékian ce mardi lors d’une conférence de presse. Ils sont revenus sur plusieurs projets d’urbanisme qu’ils défendent. Le président du Grand Lyon a rappelé son intention de convoquer, s’il était réélu, des « assises de la Métropole » avec les professionnels de l’immobilier, pour définir les nouvelles lignes directrices.

Place de la République

« Quand on plante deux arbres, on parle de forêt », observe, grinçant, l’élu. il est ici question plus modestement de « micro-forêt » aménagée sur la moitié du bassin. Sa profondeur rendrait possible cette plantation tandis que l’autre moitié servirait de jeux d’eau pour enfants.

Rue de Marseille

Comme annoncé il y a quelque temps, le tramway serait dévié sur les quais du Rhône pour réaménager la rue de Marseille. Celle-ci accueillerait une voie automobile limitée à 20 km/h au centre de la chaussée. Georges Képénékian critique, en creux, l’installation en 2000 du tramway. Au nord de Gabriel-Péri, la moitié Est du Clip serait démolir de façon à « ouvrir la place Ballanche » et la perspective de la diagonale Moncey.

Une esplanade devant l’Hôtel Dieu

« On a un magnifique lieu et, devant, ce qui pourrait être l’Anneau des Sciences », déplore David Kimelfeld. Il propose de prolonger la trémie actuelle jusqu’à la rue Childebert et le pont Wilson. Au-dessus, un espace végétalisé avec une rue servant uniquement de desserte du complexe commercial et de dépose-minute. Sur le bas-port, un embarcadère (le candidat propose une navette jusqu’à la Cité Internationale), des gradins flottants et un jardin dépolluant l’eau du fleuve.

Un nouveau quartier à la Loupe

A proximité de la Cimenterie, un nouvel écoquartier serait aménagé à Albigny, que David Kimelfeld appréhende comme un alter ego de la Saulaie, soit un pôle associant activités, logements (de 400 à 600), un nouveau collège et un nouveau gymnase. « Il faut de grands projets en dehors de Lyon et Villeurbanne », souligne Michel Le Faou qui insiste sur la proximité de la gare.

Urbanisme transitoire

Après Fagor-Brandt et Debourg, la halle Sernam (à proximité de Jean-Macé) serait un champ d’expérimentations. Parmi les activités temporaires envisagées, l’hébergement d’urgence, un foyer pour femmes isolées, un espace d’agriculture urbaine… Un appel à projets serait prochainement lancé. Au passage, David Kimelfeld tacle son prédécesseur :  « Jusqu’en 2018 rien ne se faisait en urbanisme transitoire. Instruction était donnée de cadenasser les lieux ».

 

Une résidence étudiante sur l’eau

Des logements sur l’eau : les deux candidats reprennent une idée poussée par un collectif lyonnais (Cf. Nouveau Lyon n°37) en proposant une résidence étudiante mouillant à hauteur de la Doua. Deux projets de piscines flottantes sont envisagés, à Fontaines sur Saône et Gerland. « Nous ne sommes pas dans une logique de bétonisation des fleuves », prévient toutefois le président du Grand Lyon.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Végétation, fleuve, piétonnisation : Kimelfeld détaille ses projets d’urbanisme