Presqu’île : vers une piétonnisation les week-ends seulement ?

Publié le 08/01/2020

Le premier bilan des cinq jours de piétonnisation de l’hyper-centre a été présenté ce mardi. L’expérience en semaine n’a pas convaincu.

A l’issue des cinq journées tests, la Métropole de Lyon a rendu ce mardi un premier bilan de la piétonnisation de la Presqu’île. Et comme on pouvait s’y attendre, les avis sont contrastés. Très positifs pour les promeneurs – « c’est un cadeau » dira une femme interrogée dans un micro-trottoir – positifs pour les habitants, négatifs pour les commerçants.

Parkings : baisse de fréquentation les samedis

Au-delà des opinions, quelques indicateurs sont incontestables, comme l’absence d’encombrement automobile aux alentours du périmètre (-1% de trafic les samedis), même si une congestion a été perçue rue de la Barre (secteur parcouru aussi par les Gilets jaunes) et le quai Jules Courmont dans le sens sud/nord. Les parkings ont connu une baisse d’affluence les samedis de l’ordre de 12% (avec un recul très net pour les parcs côté Saône) et, à l’inverse, une augmentation de fréquentation pour les jours en semaine.

Comme attendu, le trafic  à l’intérieur de la zone – cantonné aux riverains ou livraisons – a fortement baissé, de 75% les samedis et de 62% en semaine. Les flux piétons ont, à l’inverse, progressé. Si le bilan de la qualité de l’air ne sera rendu qu’en février, les relevés sonores s’avèrent très positifs, avec une baisse d’un à trois décibels (une diminution de trois décibels correspondant à -50%).

Ressenti très positif les samedis

Plus instructifs : les résultats d’une grande enquête sur les usagers de la Presqu’île, habitants et promeneurs, sur la base de 2400 personnes. Elle a pu mesurer de nets bénéfices de « ressenti » de la piétonnisation les samedis en termes de « beauté des bâtiments et des rues », « de la facilité d’accès aux commerces et aux service » , du « sentiment d’être en sécurité », « les odeurs que l’on respire », « le niveau de bruit » ou encore « la qualité de l’air ». A noter que « les conditions pour se déplacer en voiture sur ce secteur » ne sont pas vraiment perçues négativement – il faut dire que seuls 17% des personnes étaient venues en auto… Tous ces points positifs ne sont pas relevés en semaine, hormis « le niveau de bruit » et « les conditions pour se déplacer à vélo ». De quoi relativiser l’intérêt d’une piétonnisation les jours ouvrés…

Commerces : forte baisse de CA en semaine

Cette différence entre les jours de semaine et les samedis est appréhendée par l’enquête commerçants de la CCI malgré une base restreinte (80 et 44 répondants). On y apprend que si 49% des commerçants accusent une baisse de chiffres d’affaires les samedis piétons (dont 31% une forte baisse), la proportion est plus nette les mercredi et jeudi (80% de diminution dont 67% de forte baisse). Pour le collectif Carré Nord Presqu’ile, les expériences de semaine ont suscité « un tollé« .

« L’expérimentation des jours de semaines n’est pas réjouissante », en a conclu David Kimelfeld. Le président du Grand Lyon suggère de se concentrer « peut-être » sur les week-ends. Il envisage un « bornage complet » de l’hyper centre et perçoit « un accompagnement » nécessaire pour les parkings. Ni Denis Broliquier, maire du 2e arrondissement, ni Jérôme Maleski représentant Gérard Collomb n’ont pas paru opposé à la piétonnisation.

 

 

 

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Presqu’île : vers une piétonnisation les week-ends seulement ?