Les communistes veulent des alliés

Publié le 21/09/2019

Les candidats du PCF aux élections métropolitaines ont esquissé un programme commun. Parmi les propositions, « une Métropole des communes » et la gratuité des transports en commun.

L’Union de la Gauche, le retour ? Les candidats communistes aux prochaines élections ont tendu la main à d’autres forces politiques lors d’une conférence de presse organisée ce vendredi. « La gauche rassemblée peut gagner la Métropole », soutient Raphaël Debû, conseiller régional. Evidemment l’exécutif actuel du Grand Lyon n’est pas concerné, David Kimelfeld et Gérard Collomb étant estampillés « de droite ». Hélène Geoffroy, maire de Vaulx-en-Velin, n’est pas loin de se voir flanquée du même sobriquet. Les communistes espèrent une alliance de premier tour avec les Insoumis, Nathalie Perrin-Gilbert (Lyon en commun), le PS et EELV, tout en faisant remarquer que les écologistes se sont alliés à Gérard Collomb en 2014. « Les Verts devront faire un choix, ils auront une responsabilité importante », estime Pierre-Alain Millet, conseiller métropolitain. « Personne ne change la vie des Lyonnais » sans une candidature unique de premier tour, fait observer Aline Guitard, chef de file du PCF à Lyon.

Les candidats communistes défendent une autre vision de la Métropole, « ce laboratoire du macronisme », selon Michèle Picard, maire de Vénissieux. « La place des communes est primordiale », juge Raphaël Debû. Et de demander que les conseils municipaux soient saisis de décisions métropolitaines chaque fois que celles-ci impactent les communes. Les uns et les autres ont esquissé un programme commun. A commencer par la gratuité progressive des transports publics en un mandat, en commençant par les solaires, les seniors et les personnes handicapées. Une ambition qui serait financée par la hausse du versement transport acquitté par les entreprises et par celle de la contribution de la métropole au budget du Sytral. Parmi leurs autres propositions, la hausse de la production de logements sociaux de 4 à 10 000 par an (pour atteindre un taux de 32% de logements sociaux dans l’agglomération en 2030) et une augmentation des investissements en faveur des équipements publics (écoles, EHPAD, piscines…).

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Les communistes veulent des alliés