Le parc du Moulin-à-Vent croît dans le bois

Publié le 16/09/2019

C’est le bardage en pin des bâtiments qui redonnera une unité au nouveau Green campus park dont la capacité aura à terme doublé.

Appelez-le désormais Green campus park. Les dix hectares du parc d’activité vénissian, situé à l’intérieur du périphérique, vont connaitre une deuxième vie. Le projet a été lancé le 12 septembre.

La moitié des 34 000 m2 de bureaux vont être réhabilités. Soit 11 bâtiments. L’autre moitié – c’est-à-dire les 16 bâtiments en R+0 – sera détruite afin de bâtir au total 39 000 m2 nouveaux avec des bâtiments en R+2. Le tout en conservant la composition urbaine et, bien évidemment, le végétal présent.

Pour redonner une unité à cet ensemble des années 80, l’architecte Thierry Roche va doter tous les locaux d’une deuxième peau en bois gris-rose – du pin Douglas traité à cœur – permettant une isolation extérieure tout en faisant office de piège à carbone. « Le bardage sera vertical pour éviter les traces de gouttes d’eau », note l’architecte. On trouvera à la fois des panneaux photovoltaïques et du végétal sur les toitures. Le gain en matière de performances énergétiques est évalué à 30  % ou 40  %. « Le velum végétal du site, plus haut que les bâtiments, renforcera le côté nature« , explique Thierry Roche.

« Les travaux, en site occupé, devraient durer cinq à sept ans pour un investissement total de 60 à 70 millions d’euros« , détaille le promoteur, Olivier Faura (Patriarca). Au terme de ce projet porté avec la Foncière Magellan et Omnes, le parc pourra accueillir 120 entreprises et 4 000 salariés. Soit le double d’aujourd’hui.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Le parc du Moulin-à-Vent croît dans le bois