La salle Rameau promise à une nouvelle jeunesse

Publié le 05/05/2019

Le projet de réhabilitation porté par la Compagnie de Phalsbourg va notamment permettre de faire naître le dôme prévu mais jamais réalisé lors de la construction en 1908.

Fallait-il ou pas se séparer des « bijoux de famille » en déléguant la gestion de la salle Rameau, vétuste, au privé ? La question a été tranchée par la Ville lorsqu’elle a lancé son appel à projets en décembre 2017. Depuis, la Compagnie de Phalsbourg a été retenue et le conseil municipal doit entériner la mise à disposition des lieux via un bail emphytéotique de 60 ans le 20 mai. En contrepartie, l’équipe lauréate va investir 14,3 millions d’euros dans les travaux avec l’ambition affirmée d’en faire un « Olympia à la lyonnaise ».

Le premier tour de force va se situer au niveau de la salle de spectacle. Déjà largement remaniée par rapport à l’origine, elle va effectuer un quart de tour ce qui permettra notamment de traiter les nuisances acoustiques vis-à-vis du voisinage. Avec une surface de 960 m2, elle pourra accueillir 500 à 840 spectateurs. Le lieu avec également redécouvrir la lumière naturelle quand le spectacle s’y prêtera avec les verrières et un plancher dans l’espace supérieur laissant passer le jour, mais également avec la réouverture des fenêtres murées. Au programme : de la chanson française mais également la résidence de l’orchestre de chambre de Lyon pour une trentaine de dates. Objectif global : 240 annuelles. Le but étant également d’adapter la programmation à ce qui se passe en ville (Fête des Lumières, Quai du Polar…).

Au sommet, sous les verrières donc, prendra place un lieu de restauration de 240 m2 dans lequel on pourra se rendre indépendamment de la salle de spectacle. C’est au-dessus de ce niveau que va prendre place le dôme de verre prévu dans les plans d’origine mais qui n’a jamais vu le jour. A la manœuvre, l’architecte du patrimoine Cécile Rémond et le cabinet Perrot & Richard.

Enfin, au rez-de-chaussée – à la place de l’académie de billard – et en sous-sol – à la place du ping-pong – un « culture court » de 680 m2 qui sera à la fois dédié à l’accueil et à la vente de produits culturels (disques, livres, expo…) en lien avec l’actualité des lieux. L’objectif est de faire là le pendant aux halles de la Martinière toutes proches dans un esprit « circuits courts ». Le bâtiment, qui date de 1908, va évidemment retrouver des couleurs, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Sa réouverture est programmée pour le début de la saison culturelle à l’automne 2021.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur La salle Rameau promise à une nouvelle jeunesse