Hôtel Boscolo : premières images d’une mue tant attendue

Publié le 20/07/2018

Fermé en 2014 sur fond de polémiques, le quatre étoiles historique du quartier Grôlée va commencer à rouvrir à la rentrée après 20 millions d’euros de travaux et en affichant une cinquième étoile. Petite visite des lieux.

Promesse tenue. C’est en substance ce qu’explique un Angelo Boscolo suivant au plus près le chantier. Désormais propriétaire à titre personnel du Boscolo Exedra Lyon, l’ainé des quatre fils du fondateur du groupe italien n’est pas mécontent de souligner que l’engagement pris auprès de la Ville de Lyon est en passe de se concrétiser. Il faut dire qu’il commence à dater.

Une fresque sépia trônera dans chaque chambre (photo Pierre-Antoine Pluquet).

133 chambres cinq étoiles luxe

Déjà exploitant de cet hôtel historique dont l’origine remonte à 1897, Boscolo en devient propriétaire au début des années 2000 lorsque la municipalité entend se séparer de l’ensemble du quartier. Pas d’appel d’offres, ce qui attise les jalousies, mais la promesse d’effectuer de lourds travaux. Il est question d’une coupole, d’un rooftop, d’une surélévation, de nouvelles entrées, du passage de 140 à 160 chambres… Entre la crise économique de 2008 et « une divergence de vue entre les frères sur la stratégie à mener qui entraine un moindre accompagnement au moment des travaux« , comme l’explique pudiquement le nouveau directeur général Hugues Bartnig, l’affaire tourne au calvaire. Projet revu à la baisse sans permis de construire modificatif, arrêté municipal de péril imminent, démêlés avec la préfecture concernant des travailleurs étrangers  : rien ne va plus. L’hôtel, quatre étoiles jusqu’en 2012, ferme ses portes en 2014.

Le dernier étage, à la place des combles offre des vues imprenables (photo Pierre-Antoine Pluquet).

Angelo Boscolo a désormais tourné cette page. Alors que le groupe a été vendu, il a repris l’établissement à titre personnel en 2016. Objectif  : remettre à plat le projet et, cette fois, le mener à bien. Le chantier redémarre en 2017 avec un investissement de 20 millions d’euros dans les travaux. Plutôt que d’augmenter le nombre de chambres, le pli inverse est pris. On passe à 133 clés pour réaliser de vastes suites (50 à 55 m2), sachant que la surface moyenne sera de 35 à 40 m2 pour les chambres. Rehausser les combles a permis de gagner un sixième étage avec des chambres sous la toiture au cachet particulier. L’hôtel change de catégorie en passant au cinq étoiles luxe. Avec l’Intercontinental voisin, Lyon va ainsi voir doubler son nombre de chambres cinq étoiles avec près de 700 au total l’an prochain.

Une verrière abritera la cour centrale du bâtiment (photo Pierre-Antoine Pluquet).

Beauty center en sous-sol

A la place de la coupole envisagée, une verrière voit le jour dans la cour intérieure. Cet espace de 230 m2 servira notamment pour accueillir de l’événementiel. Le restaurant de 30 couverts, ouvert à tous, « ambitionne de devenir la référence à Lyon en matière de bonne cuisine italienne semi-gastronomique« , détaille Hugues Bartnig. Mêlant respect du bâtiment, néo-classique à l’italienne, design contemporain et qualité des matériaux (marbre, bois, étoffes, tissus tendus sur les murs…), le style est qualifié de « boscolien » par le propriétaire qui fait travailler là, comme depuis 20 ans dans ses autres hôtels, l’architecte Maurizio Papiri. « Un esprit de raffinement et des choix forts« , complète Hugues Bartnig. Petit clin d’oeil local, les lions stylisés, les références à Antoine de Saint-Exupéry sur les poignées de portes ou de meubles et la fresque sépia lyonnaise dans chaque chambre.

Au sous-sol, le « beauty center » accueillera notamment une piscine (photo Pierre-Antoine Pluquet).

L’entrée sera désormais traversante entre la rue Grôlée et le quai Jules Courmont, sachant que la réception se trouvera sur ce dernier afin de gagner en visibilité. Au sous-sol, ambiance de thermes romains où les caves ont laissé place à un « beauty center » de plus de 300 m2 avec piscine de 50 m2, spa, sauna, hammam, douche aromatique et espace de massage. L’ensemble sera ouvert à une clientèle extérieure à l’hôtel.

Une ouverture partielle du palace est prévue à la rentrée avant qu’elle ne soit totale à la fin de l’année.

La restauration des parties donnant sur la cour intérieure est terminée (photo Pierre-Antoine Pluquet).

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Hôtel Boscolo : premières images d’une mue tant attendue