Rénovation de copropriétés : performances énergétiques garanties

Publié le 24/06/2018

Grande première dans la Région, le groupement d’entreprises Operene a livré la semaine dernière deux copropriétés rénovées dont les économies d’énergies de 48% et 35% sur le chauffage sont garanties par contrat respectivement pour huit et dix ans. L’une d’elles, Les Pléiades, se situe dans le 6e arrondissement.

« Garantir l’amélioration de la performance énergétique c’est passer d’une obligation de moyens à une obligation de résultats« , résume Nicolas Petit, président d’Operene. Cette société d’ingénierie créée en 2014 propose des offres globales de rénovation énergétique dans l’habitat collectif. Elle intervient des premières études financières jusqu’à la garantie des consommations réelles.

Le contrat de performance énergétique (CPE) c’est un contrat de réalisation-maintenance au travers duquel le groupement d’entreprises s’engage solidairement sur la baisse de la facture énergétique en indemnisant les propriétaires du différentiel si le résultat n’est pas au rendez-vous. De quoi inciter les réticents face à des économies qu’ils considèrent comme trop hypothétiques.

Qualité payante

Si cette offre globale de rénovation a un coût – environ 5  % plus cher que des travaux réalisés séparément – c’est elle qui garantit la qualité de l’ensemble. Les entreprises ne se lanceraient pas dans une obligation de résultat globale si elles travaillaient chacune de leur côté. En cas d’économies supérieures au taux contractuel, c’est gagnant-gagnant. Le groupement obtenant une prime équivalent à 30  % du gain supplémentaire.

Opérène vient de livrer les travaux des deux premières copropriétés d’Auvergne-Rhône-Alpes bénéficiant d’un CPE. L’une, comptant 50 logements, est située à Miribel (Ain). A l’issue des travaux (isolation, remplacement des menuiseries, ventilation, chauffage), une baisse de 48 % des consommations énergétiques est garantie pour huit ans.

Prix au mètre carré augmenté

L’autre, Les Pléiades, se trouve à l’angle du boulevard des Belges et de la rue Tête d’Or dans le 6e arrondissement. Datant de 1964, elle totalise 27 logements et deux commerces en pied. L’isolation concerne la façade donnant sur la cour intérieure et non celle en parements de pierre que l’on voit de la rue, ainsi que le plafond des caves. Un système de ventilation hybride a été mis en place et deux chaudières à condensation ont été installées avec un système de production d’eau chaude modernisé. On va passer d’une consommation de 182 kw/h/m2 à 96. 35 % d’économies d’énergies sont garanties sur dix ans. Pourquoi cette différence  ? La température intérieure de référence a été fixée à 22°C contre 21°C à Miribel.

Outre un crédit d’impôt, les copropriétaires ont bénéficié du dispositif Ecorenov (3 500 euros par logement pour une rénovation BBC) et d’aides de la ville. Le reste à charge moyen est d’environ 11 000 euros par copropriétaire, sachant que la façade l’immeuble devait de toutes façons être refaite. Plus qu’une hypothétique durée d’amortissement des travaux – qui dépend également de l’évolution du cours de l’énergie – BGC, le syndic commun aux deux copropriétés, met en avant la « valeur verte patrimoniale » ainsi gagnée par le bien de chacun. Après cette rénovation énergétique, ils peuvent espérer un prix au mètre carré supérieur de 3 à 5 %.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Rénovation de copropriétés : performances énergétiques garanties