Collège Truffaut : une cour ouverte « aux souvenirs d’enfance »

Publié le 22/06/2018

La Métropole a retenu le promoteur Linkcity, l’investisseur Sacvl et les architectes Archipat et Bamaa pour faire revivre le collège Truffaut, dans les Pentes de la Croix-Rousse. Y seront aménagés une auberge de jeunesse, une résidence étudiante, un restaurant. La cour sera ouverte, en journée, au quartier.

Depuis cinq ans, le lycée Truffaut a été abandonné par ses jeunes, partis au collège de la Tourette. Le bâtiment devrait cependant bientôt renouer avec son tumulte d’antan : en 2021, il comportera une auberge de jeunesse de 214 lits (dortoirs et chambres de deux), une résidence étudiante de 74 lits et une Fablab. Les deux pré-hauts abriteront une crèche et un bar-restaurant. A l’initiative du projet, la Métropole de Lyon a lancé une consultation en juin 2016, proposant un bail emphytéotique de 60 ans au terme duquel la collectivité retrouvera la pleine jouissance des murs. Elle a invité les candidats à répondre par groupement (investisseur, promoteur, architecte, exploitant…). Seize équipes ont monté des dossiers, trois ont été pré-sélectionnées à la fin 2017. Et ce vendredi, la Métropole désignait les heureux vainqueurs qui devraient déposer leur permis de construire en février 2019. Il s’agit de Linkcity, Sacvl, Archipat et Bamaa.

« On a l’impression que rien n’a changé alors que tout a changé» a commenté Laurent Volay, architecte associé chez Archipat, à la lecture des images. De l’extérieur, le bâtiment conserve ses traits historiques, même s’il gagne un coup de jeune. Les espaces intérieurs seront reconfigurés, mais les déambulations se feront toujours côté rue. La cour va être remaniée et s’ouvrir au quartier, en permettant aux gens de trabouler en journée. Alexandre Allemand, architecte associé chez Bamaa espère qu’elle contribuera à faire se rencontrer « les gens du Plateau et ceux de la Presqu’île». Il a expliqué que son aménagement a été pensé de façon à faire référence « à des souvenirs d’enfance», comme les rubans tendus évocateurs de fêtes de village ou des végétaux qui courent sur des fils qui font penser à des tonnelles. Le lieu pourrait accueillir, aux beaux jours, un cinéma de plein air, une ferme en ville ou des brocantes.

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Collège Truffaut : une cour ouverte « aux souvenirs d’enfance »