Forêts d’Asie: la Tête d’Or ajoute un continent à sa panoplie

Publié le 21/11/2017

Le nouvel espace immersif doit ouvrir en 2020 à la place de l’enclos des éléphants.

105 hectares, 2,5 à 3 millions de visiteurs annuels, un jardin botanique, trois roseraies, une plaine africaine et bientôt des forêts d’Asie. Le parc de la Tête d’Or n’en finit pas de s’universaliser. Un biotope asiatique va ainsi être reconstitué dans l’ancien enclos des éléphants. Il permettra d’accueillir 25 nouvelles espèces (tapirs malais, binturongs, élaphodes, gibbons à favoris blancs, hokki, ptilopes, garrulaxes, python vert…) dans un parc qui compte déjà 400 animaux et 67 espèces différentes.

Grande nouveauté proposée par l’équipe lauréate (Alep Architectes et Base Paysagistes): là où on faisait le tour de plaine africaine, on rentrera dans les forêts d’Asie. Une ambition immersive s’étendant sur 700 m2 de bâtiment restaurés et 3 000 m2 d’extérieurs.

Ces forêts, en lien direct avec le jardin botanique, débuteront par la volière dédiée aux gibbons. Le bâtiment existant – avec ses poteaux en béton – fera office de grande nef (6 m de haut) où l’on trouvera les serpents en rentrant et une végétation basse, rampante ou grimpante. Il s’ouvrira sur une vaste volière de 1 250 m2 et 8 mètres de hauteur dans laquelle on côtoiera d’autres oiseaux. Deux ensembles qui n’en formeront qu’un avec des ambiances différentes, des sensations de fraicheur et de chaleur, d’humidité, des odeurs… Selon votre âge vous pourrez vous prendre pour Indiana Jones ou Mowgli.

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Forêts d’Asie: la Tête d’Or ajoute un continent à sa panoplie