Logement social: « on crée les problèmes qu’on aura dans dix ans »

Publié le 22/04/2016

Passe lundi en conseil municipal la délibération récapitulant l’aide à la production de logements sociaux apportée par la Ville de Lyon. Une occasion de plus pour Stéphane Guilland (Les Républicains) de pointer le déséquilibre dans leur implantation.

 

3,39 millions d’euros pour subventionner la production de 1 284 logements sociaux. C’est ce que doit voter lundi après-midi le conseil municipal de Lyon. « Cette délibération met en lumière ce que l’on reproche à Gérard Collomb, explique Stéphane Guilland, conseiller municipal d’opposition du 8e. Il se présente comme le champion du monde de la production de logements sociaux, mais plus de la moitié de ceux-ci se situent dans des quartiers où il y a déjà des taux supérieurs à 25%. Il existe un véritable problème d’équilibre dans la répartition ». Et l’élu Les Républicains de pointer le 7e, le 8e et le 9e où sont respectivement prévus 330, 381 et 143 logements sociaux supplémentaires, soit les deux tiers du total, alors que les trois arrondissements sont déjà bien pourvus.

« Le seul objectif c’est le rééquilibrage »

 

Ce sont évidemment les arrondissements où l’on construit le plus et il y a donc une forme de logique à ce que la production de logements sociaux se fasse également là. Reste que ce n’est pas sans poser des questions. « Deux ans après les avoir demandées, nous avons enfin les statistiques par Iris (Ilots regroupés pour l’information statistique, d’environ 1 000 habitants chacun, soit un quartier). Certains sont composés à 100% de logements sociaux. Nous ne devons pas en produire de nouveaux à proximité. Je ne suis pas contre le logement social, bien au contraire, mais le nombre ne peut être l’unique critère. A nos yeux, le seul objectif qui doit être poursuivi, c’est le rééquilibrage de la ville. Là, on fait exactement l’inverse, contrairement au discours tenu ».

Exemples à l’appui, l’élu balaie l’idée que seuls des bailleurs sociaux seraient prêts à investir dans ces quartiers. Après, il est évident que pour aller vers un rééquilibrage, il faudrait également produire plus de logements sociaux dans des arrondissements comme le 2e ou le 6e… tenus par l’opposition.

Favoriser l’accession sociale à la propriété

 

Pour Stéphane Guilland, aucun doute, si la production ne va pas dans le sens d’un rééquilibrage, mieux vaut voir moins de logements sociaux sortir de terre que de faire comme actuellement. « Il y a d’autres possibilités pour rééquilibrer, avec l’accession sociale à la propriété par exemple. Les bailleurs pourraient ainsi vendre leur logement à certains locataires. Une chose est certaine en tout cas, en continuant à produire des logements sociaux dans des quartiers où nous dépassons déjà les 25%, on est en train de créer les problèmes que l’on aura dans dix ans et les prochains PNRU (programme national de renouvellement urbain) ».

Alexandre Buisine

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Logement social: « on crée les problèmes qu’on aura dans dix ans »