La Part-Dieu 2023 en images

Publié le 05/10/2017

Plusieurs chantiers vont démarrer de concert l’an prochain pour desserrer la gare saturée. L’enquête publique du réaménagement du pôle multimodal a lieu jusqu’au 10 novembre. Résumé. 

Tenir jusqu’en 2030 : c’est l’objet du projet actuel du réaménagement du pôle multimodal de la Part-Dieu. Tous les chantiers seront lancés l’an prochain, pour une réalisation d’ici à 2023. En perspective, de nouvelles places Béraudier et Francfort aux deux entrées de la gare, un nouveau hall, des galeries marchandes sur les flancs est et ouest de la gare, de nouveaux accès aux quais depuis l’avenue Pompidou. L’objectif commun : desserrer un site extrêmement saturé.  Mais les uns et les autres savent qu’une phase 2 sera nécessaire, qui conclura peut-être au besoin d’une gare souterraine. Ce jeudi soir, à l’occasion d’une réunion publique dédiée au projet, David Kimelfeld, président du Grand Lyon, a annoncé un débat public pour la fin 2018.

Comme l’a rappelé Ludovic Boyron, président de la SPL Lyon Part-Dieu, la gare demeure « la porte d’entrée la plus importante de l’agglomération ». Aujourd’hui 700 trains la traversent chaque jour, dont 150 TGV et 400 TER. Une telle concentration entraine 200 000 minutes de retard par an sur le site même de la Part-Dieu, et jusqu’à 700 000 sur l’ensemble du nœud ferroviaire lyonnais. La nouvelle voie L qui sera en service en 2023 devrait réduire 20% des retards. Le site est aussi un lieu d’échange, avec les tramway T1, T3 et T4, Rhonexpress, le métro B, de nombreuses lignes de bus et d’autocars, ainsi que les taxis.

La place Béraudier sera double, renfermant une place basse qui donnera accès au métro et à un nouveau parc  de stationnement. Celle-ci est accessible par les deux cratères visibles à l’image. Taxis, dépose minute et 1500 stationnements de vélos seront logés dans ce nouveau parking de trois niveaux.

Le hall sera complètement reconfiguré. « Nous avons un parti pris de façade vitrée, lumineuse, ouverte », précise Gares et Connexion.

La galerie Béraudier s’enfonce vers le sud, entre le quai A et la tour To-Lyon. Au rez-de-chaussée des boutiques et des brasseries qui disposeront de terrasses sur la place Béraudier. Au premier étage, la billetterie, les espaces d’attente et les toilettes Au 2e étage, un centre d’affaire et un restaurant « grande carte ». Le basculement de boutiques et services sur le côté devrait rendre un peu de place au hall, conçu pour accueillir 35 000 personnes et qui en reçoit 120 000.

« La gare quadrilatère » : derrière ce slogan figure la volonté de créer de nouveaux accès aux voies par le sud, le long de l’avenue Pompidou, où six escalators conduiront aux quais, ainsi que des escaliers et des ascenseurs. 20% des voyageurs devraient transiter pour rejoindre leur train, soit l’équivalent de nombres de voyageurs de la gare de Grenoble, a fait valoir Michel Le Faou, adjoint à l’urbanisme.

Conséquence : l’avenue Pompidou sera restreinte à une voie dans chaque sens, avec une bande cyclable d’un côté, une piste cyclable de l’autre. Coté Villette, les loueurs de voiture vont ériger un parking de sept étages, dans un bâtiment en acier et béton dont la façade sera un peu grillagée.

Plus haute ou moins haute qu’Incity (200 mètres avec le mat) ? Le débat promet de ne jamais être tranché. Avec ses 170 mètres, To-Lyon surplombera la gare, toisant même le Crayon (165 m). Stéphane Reymond, directeur régional de Vinci immobilier, a vanté « une densité verticale » qui va libérer des espaces publics autour. L’architecte Dominique Perrault a décrit « une tour qui n’est pas légère« , insérée « dans un environnement puissant ». Il a défendu une façade nord « sophistiquée » dont le relief de verre génère « des éclats de lumière », allant chercher le soleil à l’est ou à l’ouest. Jean-Jacques Lacroix (collectif Part-Dieu) a pourtant regretté « une architecture en rupture totale avec l’existant », avec une tour « qui va porter une ombre pendant de nombreuses heures sur la nouvelle gare ». « Attention à ne pas faire un Chicago de tours », a rebondi un autre intervenant. L’hôtel 4 étoiles qui bordera la place Béraudier hébergera 168 chambres.

Lire aussi 

Coup d’envoi du réaménagement de la place de Francfort 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur La Part-Dieu 2023 en images

  • Bernard G. dit :

    Bonjour
    La façade nord du To-Lyon n’a pas besoin d’être sophistiquée avec « un relief de verre génère « des éclats de lumière« , allant chercher le soleil à l’est ou à l’ouest ».
    En effet, si on en croit votre première image (la place Béraudier) le soleil arrivera carrément du nord-ouest pour illuminer cette façade et mieux nous vendre l’immeuble.

    François Cavanna (journal Hara-Kiri), enthousiasmé par la visite d’une maison de campagne en fin d’après midi , écrivait : « Le soleil couchant est complice des marchands de Biens; il perçoit une commission ».
    A cette soirée, on était en plein dedans.

    N’avez vous pas trouvé aussi que la vidéo de l’intérieur de la gare future, projetée par le représentant de Sncf Gares et Connexion, avait tendance à élargir les espaces et rendre visuellement spacieux des couloirs étriqués ? (un effet « fish eye » en quelque sorte). 🙂

    Je crois que face à ses belles images, il est important d’examiner de près les plans détaillés de ce qui est proposé, dans le dossier d’enquête publique. Même si c’est un pavé.

  • Suiffet dit :

    Beau projet
    Et le projet gare de perrache ? Ou en est il
    Cdlt

  • Suiffet dit :

    Beau projet
    Et le projet gare de perrache ? Ou en est il
    Cdlt

  • Bernard G. dit :

    A Perrache, les travaux sont en cours, mais doucement, pour le souterrain sous les voies ferrées qui débouche à côté de l’Université catholique.
    Les travaux côté voûte ouest sous la gare et sous le centre d’échanges sont toujours pour 2018/2020
    Le reste au mandat suivant.
    Le tram T2 sera peut être prolongé à l’Hôtel de Région plus vite qu’on croit. 🙂

  • hop la dit :

    Pour être complète, il faudra que le PEM Part-Dieu inclus un syndicat d’initiative ou office du tourisme, pour répondre aux attentes réelles des voyageurs et des passants. A ce jour, il doivent aller à Bellecour soit 2kms ! Le SOS Voyageurs, malgré la bonne volonté des bénévoles, ne peut répondre à cette nécessité.
    On peut espérer aussi que des toilettes supplémentaires et payantes (pour la propreté) soient construites pour répondre aux « besoins » des 30 millions de visiteurs !

  • Gerald dit :

    Suiffet : Pour Perrache et son centre d’échanges (2° arrdt), il faudra compter avec le supplément des cars « Macron » dont ce sera le nouveau stationnement après avoir été déplacé de la place de Francfort (3°arrdt)

  • tang dit :

    Faut quand même pas se mentir : la Part-Dieu est un quartier très moche 🙁 et il va continuer à être moche 🙁 Nos élus pense que c’est foutu, donc foutu pour foutu … y a qu’a continuer …
    Merci pour votre article qui nous plonge dans une architecture de promoteur sans éclat, mais fonctionnelle. On aurait pu imaginer des architectures cohérentes, pensé que le souhait de tout à chacun est de travailler dans une tour ! faut être fou !!!

  • Adhoc dit :

    Tang / Désolé; mais on peut trouver le quartier de le Part-Dieu plus beau que vous ne le qualifiez.
    Il existe un mélange de styles années 70 avec ceux des période suivantes. De plus certains espaces sont ou seront requalifiés avec la disparation des passerelles et les divers réaménagement, rue Garibaldi par ex. Il peut être utile d’aller voir d’autres métropoles en France et ailleurs.