L’Opac du Rhône va retourner… dans le Rhône

Publié le 20/07/2017

Dans la suite logique de la partition entre Département et Métropole, l’office public va quitter Lyon pour s’installer à Brignais d’ici deux ans. Le permis de construire doit être déposé d’ici fin juillet.

C’est « une orientation forte d’aller sur le territoire« , explique Michel Micoulaz, le directeur général de l’Opac du Rhône. Comprenez: Christophe Guilloteau, le président du conseil départemental et de l’office, tenait beaucoup à ce déménagement. C’est surtout la suite logique du retrait de l’ancien conseil général du territoire de la Métropole au 1er janvier 2015 et – côté habitat social – de la partition de l’Opac du Rhône historique entre Lyon Métropole Habitat (LMH) d’un côté et un Opac du Rhône plus petit sur le territoire hors Métropole. Dès l’origine, les salariés avaient d’ailleurs été avertis qu’il y aurait un déménagement pour pouvoir choisir leur affectation entre les deux offices en toute connaissance de cause.

Ce qui vient d’être officialisé c’est que le choix se porte sur Brignais. « La proximité avec la Métropole, dont la commune est limitrophe, la présence du tram-train et l’accessibilité routière ont joué« , détaille Michel Micoulaz. Tarare ou Lozanne étaient également candidates pour accueillir le nouveau siège. Une opération qui donne l’occasion au directeur général d’insister sur le « a » de Opac (office public d’aménagement et de construction). « Depuis sa naissance en 1976, l’Opac du Rhône est doté d’une direction aménagement qui pilote des opérations comme celle-ci. Il était donc logique que pour notre nouveau siège nous portions l’affaire« . Car il s’agit d’un projet d’ensemble visant à restructurer l’ilot de la gare et à travailler l’entrée de ville de Brignais.

Outre le siège de l’Opac et son agence Rhône Sud (3 750 m2), l’opération comprend 46 logements en accession à la propriété et 28 sociaux (40% du total), 2 500 m2 de bureaux, 380 m2 de commerces et activités et plus de 300 places de stationnement en sous-sol. Soit un total de près de 11 000 m2. Le permis de construire doit être déposé d’ici au 31 juillet. La livraison est prévue pour avril 2019 et le déménagement pour l’automne de la même année. « Nos collaborateurs auront ainsi des bureaux neufs, avec des fenêtres qui ouvrent, et du stationnement« , sourit Michel Micoulaz en référence aux locaux actuels situés à proximité du nouveau palais de justice. L’opération devrait coûter 11,5 millions d’euros hors taxes qui seront pour partie financés par la vente du siège actuel. L’Opac du Rhône est en effet propriétaire de 30% du bâtiment de la rue Duguesclin. La logique voudrait que LMH – déjà à l’étroit – les rachète mais ce n’est pas encore d’actualité.

 

L’Opac en quelques chiffres

L’Opac du Rhône compte 23 500 locataires (12 800 logements) dont plus de 1500 en résidences spécialisées (personnes âgées, handicapées…) et emploie 280 salariés. Outre l’entretien de son patrimoine, il produit quelque 300 logements par an. Dans le Rhône hors Métropole, le fichier compte 6 000 demandes de logement.

Outre Brignais avec son siège, l’Opac du Rhône travaille sur des opérations d’aménagement à Brindas, Gleizé et Reyrieux (Ain) sur 20 hectares. Il est également partie prenante d’une importante opération de renouvellement urbain à Villefranche dans le cadre du PNRU 2 (plan national de renouvellement urbain). L’office est en effet propriétaire de 1100 des 2000 logements – à 98% sociaux – du quartier Belleroche où une barre de 203 va notamment être détruite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur L’Opac du Rhône va retourner… dans le Rhône