Les maçons bressans investissent Lyon

Publié le 18/07/2017

TGL Group – qui chapote notamment l’entreprise Floriot, née il y a plus de 70 ans à Neuville-sur-Ain – installe son siège entre Rhône et Saône.

Lyon pour rayonner dans le triangle Paris-Nice-Montpellier. C’est le pari de Thierry Glories qui est devenu propriétaire et patron de Floriot voici dix ans. Durant la même période, l’entreprise est passée de 48 à 180 millions d’euros de chiffre d’affaires et vise les 200 millions en 2020.

« Nous sommes une alternative aux majors (dont lui-même est issu, ndlr) et aux PME du métier en restant un acteur indépendant« , assure le président de TGL Group. Son but: poursuivre une intégration verticale des métiers de l’immobilier en allant de la promotion à la gestion en passant (évidemment) par la construction. A son actif notamment, la construction et la gestion de la future Arena de l’Asvel, remportée au nez et à la barbe de Bouygues et Eiffage.

Reste que l’indépendance n’est pas sans risques en cas de retournement de la conjoncture. Le groupe, qui a déjà investi dans la restauration à Lyon, cherche une activité parallèle économiquement déconnectée de l’immobilier afin de se prémunir.

En attendant, il a déjà pris quelques traits de la mentalité lyonnaise avec un superbe siège de 1 700 m2 place Tolozan dans des bâtiments qui pour certains datent de 1740. Le tout derrière… des façades relativement anonymes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Les maçons bressans investissent Lyon