L’école Michel-Servet ne veut pas se faire oublier

Publié le 03/06/2017

Le collectif anti-pollution a manifesté jeudi pour dénoncer l’absence de mesures immédiates afin de lutter contre les émissions du tunnel de la Croix-Rousse voisin.

C’est ce qui s’appelle prendre les autorités à leur propre jeu. Le collectif contre la pollution de l’école Michel-Servet s’est emparé de l’appli lancée par Air Rhône-Alpes (Air to go), l’observatoire régional de la qualité de l’air, pour mesurer l’étendue des dégâts aux abords du groupe scolaire du 1er arrondissement. Les résultats sont invariablement « mauvais » (voir ci-contre). Pire (ou mieux), ils les ont comparé avec ceux obtenus place de la Comédie, devant l’hôtel-de-ville où ils sont « bons ». Pas étonnant dans ces conditions qu’ils aient décidé de manifester de l’école à la mairie jeudi dernier pour tenir une « classe en plein air » sous les fenêtres des élus.

Auparavant, ils avaient inauguré une exposition dans la cour nord de l’école – la plus proche du tunnel – condamnée pour cause de pollution. Les artistes Stéphane Durand et Bruno Metra ont travaillé sur des photos d’élèves avec un procédé qui fait se dégrader celles-ci au contact de l’air et du temps, comme un symptôme de la pollution. Effet visuel garanti.

Ce bras de fer dure depuis bientôt quatre ans et la réouverture du tunnel de la Croix-Rousse après travaux. Un diagnostic établi par Air Rhône-Alpes indique, à l’extérieur de l’école, que le dioxyde d’azote (NO2) est très au-dessus de la valeur limite. A l’intérieur, la présence de dioxyde de carbone (CO2) montre “un indice de confinement important”. Sans parler des particules fines (PM10). Les modélisations laissent envisager une résorption « naturelle » du phénomème dans la décennie qui vient. Impensable pour les parents qui prônent des mesures plus radicales (usage du tunnel réservé au covoiturage, circulation alternée, radars tronçon voire réserver cette voirie à un tramway) que celles déjà prises (balayage humide, ventilation du gymnase) ou envisagées (ventilation de l’école) par la Ville. Un prochain rendez-vous entre les services et le collectif est prévu fin juin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur L’école Michel-Servet ne veut pas se faire oublier