La Cité de la gastronomie a son financement

Publié le 14/04/2017

Les membres fondateurs qui vont contribuer au fonds de dotation ont été présentés hier.

Dix et certainement bientôt onze. Chaque entreprise a pu largement présenter hier ses motivations pour investir dans la Cité de la gastronomie. Les dix membres fondateurs vont apporter 10,4 millions d’euros au fonds de dotation créé pour l’occasion. Il s’agit du Crédit Agricole et Eiffage – tout deux en charge de la reconversion de l’Hôtel-Dieu -, de Mérieux Nutrisciences et Apicil côté santé, de l’Institut Paul Bocuse, du groupe de restauration collective Elior, de l’enseigne Metro et de Seb pour l’aspect alimentaire auxquels s’ajoutent Dentressangle initiatives et Plastic Omnium, deux groupes aux racines lyonnaises revendiquées. Les fondateurs devraient rapidement compter un onzième membre avec l’arrivée du chocolatier Valrhona.

2 Accueil de la Cit+® --«Enodo-Dissidentia-Aujourd'hui ou mardi

Du teasing d’ici 2019

A ces contributions privées – majoritaires, c’est à souligner pour ce type de projet – s’ajoutent deux millions apportés par la Ville de Lyon, un million de l’Etat et quatre millions de la Métropole. L’acquisition des 4 000 m2 rénovés devant accueillir la Cité de la gastronomie au sein de l’Hôtel-Dieu se chiffre à 15 millions d’euros. Tel un leasing, d’ici à l’ouverture effective prévue début 2019, des évènements à même de mobiliser les professionnels et d’intéresser le grand public devraient se tenir sur les marchés, le marché de gros, chez les producteurs, dans les restaurants « pour avoir le goût et le désir de l’ouverture » de la Cité, selon le mot de Gérard Collomb.

Le Musée des Confluences travaille sur la conception de l’espace culturel (ateliers, expositions) qui représentera la majeure partie de la Cité de la gastronomie. Il sera complété par des espaces de démonstration et des restaurants, cafés et boutiques. S’il est « encore trop tôt » pour parler officiellement de prix d’entrée et de nombre de visiteurs attendus, on peut rappeler qu’il était question dans la bouche de certains responsables l’an passé d’un équilibre financier de fonctionnement trouvé avec d’un côté des exposants qui paieraient pour s’installer et de l’autre des projections à 180 000 visiteurs payants par an avec un prix d’entrée à 9 euros par personne.

Enodo-Dissidentia

Enodo-Dissidentia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur La Cité de la gastronomie a son financement