TCL : coup de jeune sur le réseau métro

Publié le 03/04/2017

430 millions d’euros sont mobilisés par le Sytral d’ici à 2023 pour notamment automatiser la ligne B en l’équipant de rames nouvelles et améliorer le rendement de la ligne D.

Depuis l’accession de Gérard Collomb à la tête du Grand Lyon, priorité a été donnée au réseau de surface et notamment au tramway (lancement des lignes T3, T4, T5 et bientôt T6). Par comparaison le métro n’a gagné que deux stations : la Soie et Gare d’Oullins. Ce changement de cap se lit dans les résultats : la fréquentation des transports publics lyonnais, dans leur ensemble, a progressé de 27% depuis 2010, mais le métro n’a pris « que » 20% de voyageurs supplémentaires.

Pourtant, le Sytral va réinvestir dans son réseau souterrain. Par le  prolongement de la ligne B aux hôpitaux sud (2023). Et par le projet « Avenir métro » qui vise à donner un coup de jeune à l’existant, engageant 430 millions entre 2015 et 2023 – le plan d’investissement du syndicat de transport entre  2015 et 2020 s’élève à 1,2 milliard. Un engagement bienvenu : le matériel roulant date de 1978 pour les lignes A et B et 1991 pour la ligne D, même si une première rénovation avait été entreprise au cours des années 90.

Ligne B

L’objectif est le renouvellement intégral du parc afin d’automatiser le fonctionnement de la ligne qui sera sans conducteur comme pour le métro D. Quatre nouvelles rames seront mises en service fin 2019, puis quatorze autres en 2020, puis quatre autres en 2021… Le but est d’être fin prêt pour 2023, avec 30 rames nouvelles, lorsque le terminus sera repoussé à Hôpitaux sud. Dans leur future configuration, deux rames pourront s’emboiter l’une à l’autre, pour faire partir quatre voitures dans un même élan et jusqu’à 650 personnes. Toutes les anciennes rames seront basculées sur la ligne A.

Ligne D

C’est la seule ligne automatique, mais le système de pilotage remonte au début des années 90. L’électronique va donc changer. En parallèle, dix nouvelles rames seront déployées, en complément du matériel roulant actuel. La performance du métro D va être améliorée en optimisant les temps de freinage, d’accélération et de fermeture des portes. Depuis 2015, le Sytral expérimente aussi des rames doubles de quatre voitures au lieu de deux, aux heures de pointe. C’est pour ces mêmes créneaux denses qu’une réflexion est en cours pour proposer dès 2019 un service renforcé Gare de Vaise/Grange-Blanche ou Vénissieux/Gorge de Loup, en alternance avec les lignes complètes qui seraient, du même coup, un peu moins nombreuses.

Ligne A

Les rames de la ligne B basculeront sur la ligne A, permettant de gagner quelques dizaines de seconde de fréquence aux heures de pointe.

L’ensemble du renouvellement se terminera en 2030.

2017_03_17_VUE 15

Le look des nouvelles rames

Un marché de 30 nouvelles rames a été conclu avec Alstom, à la suite d’un appel d’offres, pour un montant de 140 millions d’euros. Elles sont d’une longueur égale à celles actuellement en fonctionnement sur la ligne D (36 mètres). Climatisées, elles bénéficient des technologies récentes,  comme un bandeau d’informations en direct qui défilent en hauteur. Le Wifi, lui, est espéré pour 2019. Ces rames disposeront d’un peu moins de places assises (64 au lieu de 72), pour accueillir plus de voyageurs (325). Leur design « rend hommage aux premiers métros », selon le Sytral. Parmi les  innovations : la largeur entre les portes qui passe 130 à 160 cm pour faciliter les entrées et sorties. Les sièges qui auront « un revêtement doux ». Et le passage d’une voiture à une autre qui sera possible. « Je pense que cela va apaiser au quotidien », a lancé la présidente, Annie Guillemot.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur TCL : coup de jeune sur le réseau métro