@ Asylum pour Lyon Confluence

Confluence : deux nouvelles tours (d’habitations)

Publié le 21/03/2017

Onze nouveaux bâtiments seront construits d’ici à 2021, permettant de faire la jonction avec le quai Perrache.

Alors que BelvY et Ycone sont en chantier, deux nouvelles tours vont être érigées à la Confluence. Comme leurs deux aînées, elles sont surtout vouées à l’habitation et de moyenne hauteur, culminant à seize étages. Elles appartiennent à l’îlot A1/A2, dont les travaux seront lancés l’an prochain pour une livraison en 2020 et 2021. Situé entre le quai Perrache et la rue Smith, le programme comporte onze bâtiments. Coordonné par le cabinet britannique David Chipperfield, il est dominé par un camaïeu de blanc, selon le plan masse d’Herzog & de Meuron qui englobe toute la Zac 2.

@ Asylum pour SPL Lyon Confluence – Bouygues Immobilier

Les deux « immeubles de belle hauteur », selon l’expression consacrée, sont signés Aires Mateus et David Chipperfield. Celui en cœur d’îlot propose une mixité de fonctions et est à énergie positive. L’autre, plus foufou, est à ossature bois, au bord de la rue Casimir-Périer. Les deux immeubles situés le long du quai Perrache, voués aux activités, sont réversibles, autrement dit ils pourront à terme devenir des logements, après le réaménagement de l’autoroute en boulevard urbain.

@ Asylum pour SPL Lyon Confluence – Bouygues Immobilier

Un nouveau champ d’expérimentation

Le programme est labellisé Lyon Living Lab, dont l’ambition est de créer, selon la SPL Confluence, « un morceau de ville intelligent et durable », associant excellence environnementale, bien-être et santé. « L’îlot est l’occasion de développer des innovations testées ces dernières années sur le reste du quartier », explique-t-on chez Bouygues, qui pilote ce groupement.

L’une des ambitions sera d’aider au maintien à domicile des personnes âgées, en captant à distance leurs données médicales et en les transmettant aux médecins et hôpitaux. Une autre est d’étendre à une plus grande échelle l’expérience menée sur Hikari (immeubles à l’angle de la darse et du cours Charlemagne) où l’énergie produite par la chaudière de cogénération (huile végétale), les panneaux photovoltaïques et les batteries des voitures électriques se répartissent, selon l’heure de la journée, entre les bureaux et les logements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Confluence : deux nouvelles tours (d’habitations)

  • tang dit :

    Est ce pas complémentent incohérent de construire toujours plus alors que sous le réchauffement climatique il faudrait totalement repenser la ville ? Le quartier de confluence semble être totalement passé à coté d’une réflexion sur la ville de demain. La nature y est presque totalement exclue. Les tours ont beau être éco-environnementales, le quartier reste comme la vielle ville un four l’été qui ne laisse pas passer l’air la nuit … dans 40 ans comme à la Part-Dieu on détruira, transformera, reconstruira … pour retrouver un semblant de ville moderne ?