Vélo : Lyon se hisse au 9e rang français

Publié le 18/01/2017

Selon une étude de l’Insee, seuls 5,9% des actifs lyonnais utilisent principalement leur bicyclette pour aller travailler. La ville de Velo’V est nettement distanciée par Strasbourg, Grenoble et Bordeaux.

Malgré Velo’V et ses 650 km de pistes cyclables, la métropole de Lyon n’est pas devenue une nouvelle Amsterdam. Selon une étude de l’Insee publiée ce mardi, près de 5,9% des Lyonnais utilisent principalement leur vélo pour aller travailler. Lyon se hisse au 9e rang (ex-æquo) des villes cyclistes, loin derrière Strasbourg (16%), Grenoble (15,2%) et Bordeaux (11,8%). Villeurbanne se classe 14e (4,7%), derrière Lille (12e, 5%) mais devant Paris (18e ex-æquo, 4,2%) et Marseille (35e, 1,5%). Au total, 2,2% des habitants d’Auvergne-Rhône-Alpes pédalent pour aller travailler.

Strasbourg Grenoble Bordeaux Rennes Toulouse Tours Montpellier Nantes Angers Lyon
16% 15,2% 11,8% 7,3% 7% 7% 6,2% 6,2% 5,9% 5,9%

Au-delà du palmarès, l’Insee s’est attaché à cerner le profil type du travailleur cycliste. C’est, schématiquement, un homme, titulaire d’un doctorat, ayant moins de 5km à accomplir. En effet, les hommes utilisent davantage leur vélo que les femmes (2,8% contre 1,6%). Les doctorants sont ceux qui sont le plus en selle (8,3% contre 4,7% pour les bac+5, 2,8% pour bac+3 ou bac +4 et 2% pour bac ou moins). Enfin, 4,5% des auvergnats ou rhônalpins ayant moins de  5km à accomplir utilisent leur vélo. Mais pour les trajets les plus courts (moins d’un kilomètre), la marche à pied est huit fois plus fréquente que les déplacements à cycles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Vélo : Lyon se hisse au 9e rang français

  • Bernard G. dit :

    Oui, Vélo’V et des pistes cyclables là où c’est facile, ça ne suffit pas.

    Donc gros effort proposé par le projet de PDU (plan de déplacements urbains)
    http://www.sytral.fr/157-plan-deplacements-urbains.htm#tabsSousOnglet-498

    pour qu’on puisse utiliser davantage le vélo (et la marche), en supprimant les coupures qui découragent ces modes de déplacement qui avancent à la force des muscles :
    Imaginez par exemple que vous vivez à Pierre-Bénite et travaillez au port Edouard Herriot, juste de l’autre côté du Rhône : comment y allez vous ?

    Et bien vous prenez votre voiture et vous allez engorger un peu plus l’ex autoroute A7, cette autoroute que, selon certains, on ne pourrait réaménager qu’à la condition de construire des contournements.

    Or dans le cas que je cite, un « bac à traille » serait le bon moyen.