BTP : la maquette numérique révolutionne le chantier

Publié le 30/05/2016

Dans le cadre des journées thématiques « Habiter et se loger » organisées par le Grand Lyon, Bouygues Bâtiment Sud-Est a fait une démonstration aux professionnels du secteur de l’utilisation du BIM(building information modelling) et de ce qu’il va pouvoir apporter dans le bâtiment.

Un smartphone, un masque en carton et vous pouvez déambuler (virtuellement) dans votre futur appartement. C’est le petit bout de la lorgnette mais la réalisation d’une maquette numérique en 3D d’un bâtiment facilite évidemment la commercialisation de logements en construction.

Reste qu’au-delà du particulier, le BIM (building information modelling) – un processus collaboratif de conception – et son outil – la maquette numérique – révolutionnent les chantiers du BTP. Comme ce fut le cas dans l’industrie navale ou l’aéronautique voici quelques décennies.

Créer un avatar du bâtiment

La maquette numérique, qui permet de concevoir et de modéliser informatiquement, n’est pas une nouveauté dans le bâtiment. Mais jusqu’à il n’y a pas si longtemps, chacun avait la sienne. L’architecte, l’entreprise de BTP… Le fonctionnement était d’autant moins simple « qu’en 2005, l’outil nous freinait, constate François Brogniart, directeur régional Rhône-Alpes de Bouygues Bâtiment Sud-Est. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Un fichier commun à tout le monde permet donc déjà de gagner en efficacité en prenant plus rapidement en compte les modifications effectuées sur la maquette et leurs conséquences ». Et encore, les choses devraient s’accélérer. Là où une personne centralise les changements, demain tout le monde pourra modifier le même document.

Mais l’essentiel n’est peut-être pas là. « En créant sur ordinateur un avatar du futur bâtiment, on construit avant de construire, poursuit François Brogniart. On surinvestit évidemment dans la conception en amont, ce qui a un coût pour nous, mais cela va générer des économies, de la sécurité et de la qualité car tout est modélisé. Le prix et les délais vont s’en ressentir. On optimise par exemple la taille des poteaux, l’équarrissage des poutres, la profondeur des fondations, etc. On rationalise également le déroulement du chantier en l’organisant mieux et en anticipant les difficultés. Idem pour la commande et l’entreposage des matériaux en fonction des besoins ». L’ordinateur vous calcule automatiquement, et précisément, combien de peinture ou de placo plâtre il vous faut pour faire l’ensemble des salles de bain de l’immeuble. Sans parler des taux de surfaces vitrées ou d’ensoleillement en fonction de l’orientation.

20% d’économie sur le coût global

La vie du bâtiment une fois livré va également s’en ressentir. La maintenance, les réhabilitations et autres adaptations (par exemple aux normes handicapés) sera plus facile puisque tous les plans détaillés seront aisément disponibles ainsi que les références des matériaux utilisés.

Chez Bouygues, on escompte 20% d’économie sur le coût global d’un bâtiment tout au long de sa vie, de sa construction à sa (possible) démolition. Au-delà d’un objectif à « 0 réserve et 0 défaut lors de la livraison d’un immeuble », le groupe espère voir le pourcentage de « non qualité » divisé par deux ou trois grâce au BIM.

A.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur BTP : la maquette numérique révolutionne le chantier

  • Parker dit :

    Bonjour,

    Belle article, au fait, en passant par rapport à la maquette numérique… cela n’existe pas encore chez nous!!!