Villeurbanne : phase 2 du réaménagement du cours Emile-Zola

Publié le 20/05/2016

 

En 2018, les travaux reprendront entre Charpennes et République. Est notamment prévu de valoriser l’espace autour de l’immeuble vitré le Quartz.

 

« Comment pourront stationner les véhicules de livraison ? »

« Maintenant, le trafic a doublé rue Francis de Pressensé »

« Mon épouse a été renversée par un scooter sur le trottoir »

« Est-ce que la pollution a bien baissé ? »

Voici quelques remarques et interrogations – parmi des critiques positives – des habitants, mardi soir,  au cinéma Zola, où se tenait la première réunion publique sur la phase 2 de la rénovation du cours EmileZola, entre Charpennes et République. D’ici à la fin de l’été, la principale artère de Villeurbanne sera achevée de la rue Baratin (Cusset) à l’avenue du commandant L’Herminier (hypermarché Carrefour). Un chantier marqué par l’apparition d’une nouvelle place, Manon-Roland, à Cusset, et d’une bande végétale devant le commissariat de police.

Les travaux devraient reprendre en 2018, avec pour objectif de réduire le trafic automobile à 2X1 voie, d’élargir les trottoirs, de sécuriser les trajets cyclistes et de végétaliser les abords. Parmi les aménagements prévus, le renforcement de la cohérence des espaces publics autour de l’immeuble vitré le Quartz (dont la place Sakharov, croquis ci-dessus). L’éclairage de la place Charles-Hernu sera revu dès cet été, avec un lampadaire central.

Concertation : les 2 dates fixées

Une visite de terrain est prévue sur la place Sakharov le 24 mai à 17h30 suivie d’une réunion publique au Palais du travail à 18h30. Un autre atelier est prévu le 31 mai à 18h30. Inscriptions par courriel :  emilezola@grandlyon.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Villeurbanne : phase 2 du réaménagement du cours Emile-Zola

  • sonia dit :

    Les technocrate écolo qui ont décidés de ce projet sont complétement à côté de leurs pompes. Les 35000 voitures qui devaient en théorie diminuer, comme par magie ! passent maintenant par des rues transversales totalement inadapté à un flux de circulation aussi dense, voir par exemple les rues Tonkin et Gagnaire qui sont devenues de véritables autoroutes. Imaginé le niveau de nuisance sonore, la pollution, pour l’hôpital, l’hospice, les écoles et les habitant de ce quartier. Sans parler des dangers de la circulation routière au quotidien.