Feu vert du Gouvernement pour déclasser l’autoroute qui traverse Lyon

Publié le 03/05/2016

[Mis à jour le 4 juin à 10h20]. Le secrétaire d’Etat aux Transports, Alain Vidalies, donne son « accord de principe » pour déclasser l’autoroute urbaine qui passe notamment le long de la Confluence, mais souligne » la responsabilité et les conséquences des modifications engagées ».

 

Après avoir rencontré le secrétaire d’Etat aux Transports Alain Vidalies le 26 avril, le maire de Lyon explique avoir reçu un courrier du ministre engageant le déclassement de l’A6 / A7 entre Pierre-Bénite et Limonest. « C’est une avancée historique qui marque une étape majeure dans la lutte pour la suppression de l’autoroute en ville”, se félicite-t-il dans un communiqué. Dans cette lettre, le ministre confirme son « accord de principe” à opérer ce changement.

La missive ne vaut cependant pas décret : un groupe de travail sera placé sous l’égide du Préfet pour « déterminer d’ici fin juin les modalités de mise en œuvre de ce déclassement ; définir son calendrier ; caractériser les aménagements réalisables à court terme”. A la préfecture, on confie que de nouvelles études seront menées pour préciser les changements à apporter (signalétique, réduction de vitesse…), « pour orienter les trafics de transit vers les itinéraires de contournement”. Ce groupe de travail rendra ses  premières conclusions d’ici au 30 juin 2016.

La lettre du ministre insiste sur les engagements pris par Gérard Collomb : « J’ai bien noté que la Métropole de Lyon assume entièrement la responsabilité et les conséquences des modifications engagées, en particulier le projet de réaménagement de parties de cet axe en boulevard urbain”, rappelant que seuls 15% des trafics sous Fourvière sont nationaux ou internationaux.

Etude sur le « shunt » de Manissieux

Mais Gérard Collomb retient tout de même que « l’État poursuit ses études pour un grand contournement autoroutier de Lyon”. Ce contournement pourrait prendre la forme d’un barreau 2×3 voies entre l’A46 au sud de Corbas et l’A432 qui longe l’aéroport afin d’y faire passer le transit national. Et ainsi désengorger le tunnel de Fourvière et une partie de la Rocade Est. Mais pour l’heure, l’étude lancée vise à traiter du shunt de Manissieux, sur le territoire de Saint-Priest, carrefour entre l’A46 et  l’A43 (Lyon-Chambéry).

Dans son communiqué de presse, le président de la Métropole aborde la question de l’A45 Lyon/Saint-Etienne. Il affirme être « confiant s’agissant de l’accord attendu pour le lancement d’études d’opportunité d’une liaison A45-A47-A7, seule solution permettant d’écarter le trafic de transit du cœur de la Métropole de Lyon”. Cette liaison pourrait prendre la forme d’un axe autoroutier sous Givors – une condition posée par Gérard Collomb pour accepter l’A45.

Lire aussi : « Déclassement de l’A6 / A7 : que faire le jour d’après ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Feu vert du Gouvernement pour déclasser l’autoroute qui traverse Lyon