Première pierre du Médipôle Lyon Villeurbanne

Publié le 27/04/2016

Le Médipôle, qui regroupe la clinique du Tonkin (groupe Capio) et quatre établissements mutualistes, devrait ouvrir en novembre 2018 à Villeurbanne.

 

C’est l’aboutissement d’un mariage qui n’allait pas de soi. Ce mercredi, élus et décideurs ont posé la première pierre du futur Médipôle de Villeurbanne, situé entre le périphérique, l’avenue Léon Blum et la rue Frédéric Fays. Ce nouveau temple de la médecine (53 000 m2 répartis en 7 niveaux) qui va accueillir 250 000 consultations par an, 2500 naissances et 40 000 séances de dialyse, est la concrétisation d’un rapprochement entre la clinique du Tonkin (groupe Capio) et le réseau mutualiste du Rhône qui comprend quatre autres établissements hospitaliers. Une association poussée par l’Agence régionale de santé (ARS) qui, dans son appel à projets de septembre 2012, souhaitait regrouper des activités et réduire – économies oblige – le nombre de lits (ramené à 708). Ce regroupement était la condition sine qua non à des subventions d’investissement.

sud

croquis de Sud Architectes

Villeurbanne plutôt que Décines

 

Ce nouveau complexe, qui devrait ouvrir très précisément le 26 novembre 2018, va regrouper 50 spécialités médicales, avec notamment un pôle mère/enfant, un pôle rééducation, les urgences et 25 salles d’opérations. 1500 salariés vont y travailler. Pour Véronique Wallon, directrice de ARS, il répond aux défis actuels, « le développement des maladies chroniques, la persistance des inégalités sociales et le vieillissement de la population ».

Si l’association entre la Mutualité et Capio n’allait pas de soi, le choix du site non plus. Le maire de Villeurbanne s’est démené pour conserver sa clinique, alors que Décines était sur les rangs – une option privilégiée par la Mutualité tandis que Capio préférait rester villeurbannais. « C’est un élément majeur du développement urbain de ce territoire », a exposé Jean-Paul Bret, évoquant le voisinage de General Electric (Alstom Energie), du pôle Pixel, d’Alstom Transport de part et d’autre du périphérique, et l’arrivée prochaine au Carré de Soie du nouveau siège d’Adecco, dans ce qu’il appelle la « dorsale de l’Est ». Un axe de développement qui épouse la ligne de tramway T3, desservi aussi par C3 et, un peu plus loin, par le métro A. De son côté, David Kimelfeld, 1er vice-président à la Métropole de Lyon, voit dans cette première pierre « le symbole qu’il n’y a pas de fatalité ». « Il y avait une entreprise avec des emplois (ABB, ndlr), demain il y aura des entreprises avec des emplois au service du public ».

Chantier : une volonté d’exemplarité

Le chantier se veut exemplaire avec 45 000 heures d’insertion pour des demandeurs d’emplois éloignés du marché du travail (soit l’équivalent de dix personnes par mois pendant 32 mois), 30% de femmes et un seul niveau de sous-traitance. Une exigence qui devrait empêcher l’intervention de travailleurs détachés.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires sur Première pierre du Médipôle Lyon Villeurbanne